Blade runner 2049
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
6

Pour le Québec cliquez ici

Mon cinéma
2
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos de films
1
Films classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
Blade runner 2049

Blade runner 2049

 

Réalisé par
en 2017

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Récompenses (1) Avis & critiques tweet

  • <<
  • 1
  • >>

06/10/2017      tweet
Avis Cinéma
newton1

[AmateurDeCiné]

Suivi par 8 membres
18 avis 

 


a vu le film au cinéma en 3D le 05/10/2017 Avis :

De quoi doit se composer un film dont on puisse dire qu’il est un chef-d’œuvre? Avant tout une histoire béton développée à tenir en haleine le spectateur et raconter cette histoire avec une facture originale. Je place Sicario et Arrival près de ce fil d’arrivée. Pour le Blade Runner 2049 il y a cette progression qui y est presque mais pas première au fil d’arrivée. Quels sont les éléments artistiques principaux qui sculptent la facture d’un film, on parle de la photo, de la bande son, le montage, le rythme de celui-ci. Voilà où le bât blesse le rythme y est trop lent, diluant sur 3 heures un chef-d’œuvre de 2 heures qui serait vif et inspirant. Dommage, mais ce film est à voir en salle car la photographie et la bande son sont géniales. La direction d’acteur est ciselée d’une main de maître. Les décors où se déroulent la mouvance de l’action sont incroyable. Ce film va vous habiter à la sortie de la salle. Je me répète, à voir en salle.

vu au Cineplex Beauport
 
07/10/2017      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 142 membres
15 amis 1828 avis 



a vu le film au cinéma le 06/10/2017 Avis :

: Ce nouveau « Blade Runner » est une extension de celui de Ridley Scott de 1981 avec Harrison FORD dans le rôle principal. Ryan Gosling s’implique pour la première fois dans un blockbuster.
Nous sommes à Los Angeles et le monde est fragilisé par des tensions entre des « esclaves » fabriqués en bioingéniérie et les humains, un blade runner était un agent d’élite qui devait débusquer les « répliquants » désobéissants pour les éliminer. Quelques années après, Niander Wallace reprend l’entreprise qui fabrique les répliquants en créant un autre type de bio-cyber-agent très bien contrôlé et avec les barrières voulues leur interdisant toutes révoltes contre l’humain. L’officier K est un Blade runner et il est en mission avec son véhicule volant, son objectif est une ferme ou il doit débusquer un répliquant qui produit des protéines et la tâche n’est pas facile parce que ces derniers ont une force prodigieuse, mais forcément l’officier K est taillé dans le même roc et va prendre le dessus, difficilement, il faut bien le reconnaitre. Une fois la tâche accomplie K va être intrigué par un arbre mort étayé pour tenir debout et il va constater qu’une fleur se trouve auprès du tronc, sa voiture volante est équipée d’un dispositif comme un drone capable de filmer, de prendre des photos et de scanner un objet enterré dans les profondeurs. Quand il rentre au bercail l’officier K délivre son compte rendu et dévoile ses investigations au sujet des alentours de l’arbre mort, une mallette est en effet trouvé enterré au pied de l’arbre et à l’intérieur se trouve un squelette ...
Voila la suite du célèbre film qui avait fait sensation à l’époque. En faire une suite, pourquoi pas, sauf que l’effet de surprise a disparu et le transformer en saga, on n’y croit pas trop. Un monde apocalyptique à cause de l’activité désordonnée des humains, ce n’est pas un scoop et alors une intelligence artificielle qui se révolte, c’est même du déjà vu. Les quelques effets spéciaux ne sont pas aussi fantastiques que cela et cette prolifération d’hologrammes et moins impressionnante depuis qu’un homme politique qu’on ne nommera pas les utilise pour faire des meeting dans des villes différentes, que reste-il sinon un ciel brumeux et grisonnant au dessus de Los Angeles qui nous fait oublier que le lieutenant Colombo exerçait toujours sous le ciel radieux de la Californie. On utilise un acteur sur de devant de la scène, un Ryan Gosling ne peut qu’attirer les foules et on a rappelé l’ancienne vedette Harrison FORD pour faire la transition, mais le film est un peu mou et même ennuyeux par moment, en plus ce film est très long et ça n’arrange pas les choses. Que dire de plus sinon qu’il faut espérer qu’il n’y aura pas un numéro 3.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2017 Liens cinéma   Google+