Bienvenue à Suburbicon
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
9

Suivez nous sur facebook et twitter !

Mon cinéma
3
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
2
Vod et streamingConcours et jeux
2
Créer mon compte / Me connecter   
Bienvenue à Suburbicon

Bienvenue à Suburbicon

 

Réalisé par
en 2017

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques tweet

  • <<
  • 1
  • >>

06/12/2017      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 144 membres
15 amis 1872 avis 



a vu le film au cinéma le 06/12/2017 Avis :

Le film a été présenté en présentations spéciales au Festival international du film de Toronto 2017 et pour 3 catégories à la Mostra de Venise 2017. Le premier film réalisé par George Clooney où le réalisateur n’a aucun rôle dans le film et les coscénaristes sont les frères Coen.
Nous sommes à la fin des années 50 dans une localité pavillonnaire, cette charmante cité suit l’instauration du G.I Bill, cette loi américaine qui a fournit aux soldats américains mobilisé lors du conflit le financement de leurs études universitaire et facilitait aussi l’accès à un logement avec des prêts avantageux, c’est le rêve américain. Dans cette ville où chacun connait ses voisins, une nouvelle famille vient d’aménager et le facteur qui connait tout le monde et qui est au courant des lettres reçus par chacun apporte le courrier au nouveaux venus, il tombe sur une afro-américaine et lui demande si Mme Meyers est là, cette dernière lui déclare que c’est elle, ce qui pour le facteur est inédit, il pensait qu’elle était une domestique. Bien sûr l’employé de la poste va largement diffuser la nouvelle et cela va se traduire par un tollé général et les habitants vont même provoquer une réunion à la mairie pour montrer leur mécontentement, tout pourrait s’arrêter là, mais les plus acharné vont manifester devant le pavillon des Meyers, invitant ses nouveaux venus à aller ailleurs. En parallèle dans le pavillon voisin se trouve Gardner Lodge, son épouse Rose qui est paraplégique suite à un accident de voiture et sa sœur jumelle Margaret, se trouve aussi le jeune Nicky enfant du couple, deux malandrins se sont introduit dans la maison et en menace les occupants, avec une bouteille de chloroforme il vont endormir tout le monde avant de voler des objets de valeur. Les quatre personnes vont se retrouver à l’hôpital un peu sonné sauf l’épouse de Gardner qui n’a pas survécu à ce traitement et qui est morte ...
Bien sûr c’est une histoire loufoque et c’est bien la patte des frères Coen, un thème proche de « Burn after Readind » des personnages qui prennent de mauvaises décisions au plus mauvais moment. Le pire la dedans c’est que l’histoire concernant les afro-américains qui pensaient vivre une vie tranquille dans tous les habitants avaient l’air comme on dit « propre sur eux » est une histoire vraie, bien sûr on est dans les années 50, presque 60 et même si la guerre de Sécession avait cessé, c’est sûr, une ségrégation sournoise s’est instaurée et on peut même penser qu’elle continue encore de nos jours. Comme de bien entendu les deux histoires se déroulent en même temps et les deux sont dramatiques et les évènements les font partir en sucette. L’une est plus complexe que compliqué et on va avoir les tenants et les aboutissants au fur et à mesure que le scénario se déroule, l’autre va occasionner une émeute devant le pavillon des Meyers avec dépose d’un drapeau sudiste, comme quoi l’intention y était et elle va servir de pendant à la première histoire et le lignes parallèle vont finir paradoxalement pas se croiser. Les décors des années 50 sont bien mis en place et on s’y croit vraiment et les acteurs sont surprenants et bien dans leur rôle respectifs. On va remarquer la présence du jeune britannique de 11 ans Noah Jupe déjà jeune vedette et remarqué dans des films comme « HHhH ». Un film qui décoiffe et qu’on vous conseille chaudement.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
07/12/2017      tweet

carre 63

[Cinéfan]

Suivi par 201 membres
159 avis 

 


a vu le film au cinéma le 07/12/2017 Avis :

Affreux, sales et méchants, les personnages de George CLOONEY sur un scénario des frères COEN sont des monstres de cruauté, manipulateurs psychopathes. L'immoralité est couronnée dans cette farce sanglante, qui parvient à nous faire presque rire tellement la violence et l'intrigue sont décalées et certains personnages grossièrement dessinés. Le rêve américain en prend un sacré coup, sous les yeux horrifiés d'un jeune garçon traumatisé par tant de bêtises humaines. A ce jeu de massacre morbide, Matt DAMON et surtout le jeune Noah JUPE sont tout deux excellents. Et si cette Amérique caricaturée était celle de Trump ? ça fait froid dans le dos.
 
12/12/2017      tweet

deanloomis

[Cinéfan]

Suivi par 62 membres
34 avis 



a vu le film au cinéma le 12/12/2017 Avis :

Un échec sanglant aux USA pour un film qui ne l'est pas moins…sanglant. Une critique violente des Etats Unis des années 50/60 et sans doute d'aujourd'hui. A ce petit jeu les frères Cohen sont vraiment des champions et personne n'en réchappe.Réalisé au cordeau par Georges Clooney, le film met en image les publicités des magazines américains des années 50, avec des personnages véritablement arrachés aux pages de ces magazines. D'ailleurs le film débute par une animation de ces publicités et plante le décor de cette Amérique de rêve (?) où tout est fait pour le plaisir de la femme au foyer et de l'homme au bureau. Tout est impeccable dans ce monde, les sourires des personnages, leurs vêtements, leurs voitures, leurs maisons et dans ces maisons, leurs cuisines, leurs meubles, leurs télévisions naissantes. Pas une tâche, pas une faute de goût, pas un faux pli aux uniformes, rien ne dépasse jusqu'à l'arrivée d'une famille de Noirs au milieu de ce meilleur des mondes. Mais naturellement les frères Cohen s'en donnent à cœur joie lorsqu'il commence à faire craquer ce beau vernis et à partir du moment où ça craque pourquoi faire les choses à moitié ? Quand ce monde s'effrite c'est du sérieux, personne n'en réchappe avec une évidence et un enchaînement des situations implacables. Un régal. Tout comme le metteur en scène, les acteurs sont parfaits dans leur composition d'américains moyens.
Pas étonnant, finalement, cet échec aux USA, il n'est certainement pas facile de se regarder dans un miroir aussi implacable pendant deux heures et si en France on rit beaucoup devant ces situations, je pnse qu'aux USA le rire a dû leur rester en travers de la gorge.

vu au UGC Normandie
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2017 Liens cinéma   Google+