Capitaine Blood
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
2

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
10
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
2
Créer mon compte / Me connecter   
search
Capitaine Blood

Capitaine Bloodnote

 

Réalisé par
en 1935

Donnez votre note
Film, images, jaquettes News Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

27/12/2006      partager tweet
Avis Cinéma
Capitan

[Guru d'honneur]

Suivi par 629 membres
57 amis 439 avis 



suivre
note note a vu le film au cinéma le 27/12/2006 Avis : note
Est-il vraiment besoin de s'appesantir à nouveau sur ce classique de film de flibuste ? Mille fois imité, rarement égalé. Cela vient de la mise en scène de Michael CURTIZ qui est une merveille de leçon de montage, de direction d'acteurs. Les jeunes Errol FLYNN et Olivia De HAVILLAND sont absolument rayonnants. Et le grand Basil RATHBONE allait 3 ans plus tard affronter à nouveau Flynn dans Les aventures de Robin des Bois...
 
16/04/2007      partager tweet
Avis Cinéma
Post-mortem

[Spectateur]

1 avis 



suivre
note note a vu le film au cinéma le 16/04/2007 Avis : note
Certains diront que "le capitaine Blood" n'a pas sa place dans ce que l'on peut appeller un bon film de pirate. Mais moi je trouve qu'il n'y a pas mieux, pour tous ceux qui aiment les aventures de pirates, de batailles en mer et de belles demoiselles. Ce film est pour vous. Le beau Errol FLYNN incarne à merveille le pirate au grand cœur. Quand à Olivia De HAVILLAND, elle est sublime dans celui de la belle demoiselle courageuse (et amoureuse).
Pour finir ce film est rempli d'aventures et de romance, un classique dont on ne ce lasse pas !!!
smiley
 
09/09/2008      partager tweet
 
captainblood

[AmateurDeCiné]

Suivi par 42 membres
8 avis 



suivre
note a réagi le 09/09/2008
Que dire de plus ? Ce film est tout simplement génial !
  
13/02/2009      partager tweet

Razzie

[Spectateur]

1 avis 



suivre
note note a vu le film au cinéma le 13/02/2000 Avis : note
Complètement d'accord avec vous , la combinaison de tous ces talents ce voit à l'écran , ce qui est drôle c'est que le film a lancé Flynn et Olivia de Haviland , phénomène se répétant 40 ans plus tard avec Star Wars , qui a lancé Harrison FORD ( mais pas Carrie Fischer ), cette coincidence est d'autant plus amusante que Lucas dira s'etre inspiré de Captain Blood pour son rythme trépidant ... et sa musique ...
pour ce qui est des bons mots de Flynn qui semblent si naturellement sortir de sa bouche, il est amusant de voir qu'ils sont presque tous en l'état d'origine dans le roman dont est tiré le film ... " - Spare me your French ! - It's not French , but Latin ! "...
Superbus filmus !
 
12/05/2010      partager tweet
Avis Cinéma
LGé

[CinExpert]

Suivi par 60 membres
8 amis 264 avis 



suivre
note a vu le DVD le 12/05/2010 Avis : note
Dés Douglas FAIRBANKS Senior, dans « Le Pirate Noir », en 1926, la figure de l’inflexible pirate hors-la-loi a imprimé de manière indélébile l’histoire du cinéma.
Ces scènes mythiques de galions anglais, français, espagnols se canonnant en haute mer, de marins se balançant dans les haubans un couteau entre les dents, prêts à aborder ce navire marchand pour le piller, hissant le drapeau noir signalant la curée, sont devenues emblématiques d’un genre aujourd’hui reconnu : le film de pirates !
Mais comment le cinéma a dépeint ces insurgés de l’histoire ? Comme des rebelles proscrits de la « bonne société » ? Comme des criminels amoraux ? Ou comme les jouets des états ? Des précurseurs de la sous-culture ? Voire les inventeurs de l’autogestion ?

A la fin du 17ème siècle, le nombre des actes de pirateries, notamment en mer des Caraïbes, augmentait à la mesure de l’accroissement des échanges commerciaux entre l’Europe et l’Amérique. Ces actes étaient très clairement ressentis comme des offenses à la loi des nations, de toutes les nations : un Pirate pouvait alors être arrêté et condamné par n’importe quel état quelque soit le lieu de son crime, s’appuyant en quelque sorte sur une « loi d’exception internationale ». Et cela conférait au Pirate un statut d’apatride…

Le Corsaire, lui, était une sorte de Pirate-sous-contrat, qui passait un accord avec un état, dont chacun pouvait sortir gagnant : l’un retirait son profit du harcèlement d’un état ennemi et l’autre retirait un profit sonnant et trébuchant !
Dans la seconde collaboration du couple Curtiz/Flynn au genre, « Le Faucon des mers » (1940), Flynn tient le rôle d’un corsaire « au service » de la reine. Notez, en passant, la connotation « drapeau colonial », qui n’est sûrement pas étrangère à la période de fabrication du film.

« Captain Blood » se déroule pendant un période bien complexe.
L’histoire débute en 1685 alors que Captain Blood (Errol FLYNN) n’est encore que le Docteur Peter Blood vivant dans une petite ville. On comprend cependant qu’il a, dans la passé, combattu pour les Espagnols contre les Français, pour les Français contre les Espagnols, ainsi que pour les Hollandais contre… Maintenant, il veut être un guérisseur plutôt qu’un tueur (« A healer, not a slayer »). Important : il est Irlandais, donc mal vu en Angleterre. Peter est subitement arrêté et jugé pour le sombre motif d’avoir traité avec un homme en rébellion avec le roi.

Peter se retrouve, esclave, à Port Royal (Jamaïque).
A cette époque, Port Royal, tenu par les anglais, est un lieu aussi louche que « l’Ile de la Tortue », tenue par les français. Port Royal est dirigé par le Gouverneur Steed, inefficace et plaintif. En réalité, l’ile est contrôlée par les propriétaires terriens. L’un d’eux, le Colonel Bishop, despotique et sadique, organise sa plantation comme un camp de concentration, et marque au fer les fugitifs repris des lettres « FT » (Fugitive Traitor).
Bishop remarque Peter et demande à sa fille Arabella (Olivia De HAVILLAND) de l’approcher.

Mais Peter et ses camarades complotent pour s’échapper. Ils saisissent l’occasion de s’emparer d’un navire Espagnol amarré au port dont l’équipage se soûle dans les gargotes.
La carrière du Captain Blodd vient de commencer.
Leurs exploits en mer alors s’enchainent : on les voit amasser de considérables richesses, coulant indifféremment navires Anglais ou Espagnols.

On sait les Bateaux-Pirates régis par une discipline « démocratique », où le capitaine est élu par les marins, où les mutins, après délibération, sont abandonnés sur ile déserte, et le butin équitablement partagé ; il existait même un système très sophistiqué de prime pour les blessures occasionnées au cours des abordages (une sorte d’assurance mutuelle). Blood joint ses forces à celles du Pirate Levasseur (irrésistible Basil RATHBONE) : ils étendent ces règles démocratiques aux 2 équipages, scellant ainsi leur union.
Mais quand Levasseur capture un navire anglais sur lequel naviguait la belle Arabella, l’accord ne peut plus tenir pour Blood. L’affront pour Levasseur est trop fort. Le duel à mort qui s’en suit tourne à l’avantage de Blood.
(Une anecdote : Basil RATHBONE n’hésite pas à railler le jeune Errol FLYNN pendant le tournage. Au cours du duel, il le provoque réellement à propos de son cachet nettement supérieur au sien. Fou de rage, Flynn ne retient plus ses coups et blesse Rathbone, lui laissant une cicatrice au bras qu’il portera tout au long de sa carrière. Cela n’empêchera pas Flynn et Rathbone de s’affronter de nouveau dans Les Aventures de Robin des Bois aux côtés d’Olivia De HAVILLAND, en 1938…. et toujours sous la direction de Michael CURTIZ - on ne change pas une équipe qui gagne !).

Avec Arabella, il y a un envoyé du nouveau roi d’Angleterre qui porte un décret de pardon pour Peter et son équipage, et leur offre la liberté et une place dans la marine royale. Le « collectif » se dissout alors, et rejoint avec enthousiasme une « nation » qui a une existence reconnue…

Dans les scènes finales, Blood s’est installé comme gouverneur de Port Royal ; cependant il n’est pas, à ce poste, l’avocat d’une politique alternative qu’on pouvait imaginer ; il n’est plus qu’une sorte de « contremaitre » du système politique anglais, dirigiste, injuste et esclavagiste.

Ainsi, on peut dire que l’éthique de la haute mer a échoué sur la terre ferme !

Blood semble être la figure cinématographique et romantique du célèbre capitaine Henry Morgan, qui lui était plutôt violent et sanguinaire. Morgan a également terminé sa carrière en tant que gouverneur de la Jamaïque, et riche planteur de cannes à sucre…

« Captain Blood » est un monument du film de pirates, et même plus largement, un chef-d’œuvre de film d’aventures; à ce titre, il faut mentionner le montage ahurissant qui, au risque de nous faire perdre le fil de l’histoire, ne nous laisse guère de temps pour reprendre notre souffle.

Mais « Captain Blood » est peut-être plus que ça : il est également une illustration romantique et désespérante de la perte des valeurs démocratiques dans le maelström qu’organise la combinaison « puissance et commerce ».

S’il est vrai qu’il ya a plus de sens du partage chez un pirate brutal que chez un politique cultivé, alors moi je dis : retournons vite à la barbarie !
 
22/01/2011      partager tweet
Avis Cinéma
Mirbel

[Cinévore]

Suivi par 122 membres
4 amis 65 avis 



suivre
note a vu à la télé le 00/00/1996 Avis : note
Exotisme, suspense, sens du spectacle, Capitaine Blood est un grand classique qui a lancé la mode des films du genre. On y retrouve un pirate idéaliste face à des pirates sans scrupules, un gouverneur et un amiral déterminés à exterminer le héros, et bien sûr, une belle femme digne au grand cœur. Aux côtés de la tête d’affiche composée d’Errol FLYNN, dont c’est le premier grand rôle, et d’Olivia De HAVILLAND, Basil RATHBONE incarne le Capitaine Levasseur. Le trio se retrouvera dans Les Aventures de Robin des Bois du même réalisateur.
 
17/08/2015      partager tweet

cedric07

[Cinéfan]

Suivi par 19 membres
1 amis 130 avis 



suivre
note a vu le DVD le 16/08/2015 Avis : note
le film de pirates par excellence Errol FLYNN et Olivia De HAVILLAND nous livrent une performance incroyable un film à voir et à revoir
 
21/06/2016      partager tweet

Sinefil44

[Cinévore]

Suivi par 53 membres
616 avis 



suivre
note note a vu le film au cinéma le 21/06/2016 Avis : note
Dès le début, Michael CURTIZ imprime sa pensée contre l'injustice en donnant une force monumentale au plaidoyer du docteur Blood devant le tribunal royal pour défendre son innocence. Présumé coupable dirons certains comme ce procureur imbécile dont la toute puissance magistrature finit par condamner un innocent à la pendaison. Le roi, bon prince, si tant qu'il en existait à l'époque, commue la peine en déportation comme esclave vers les îles. Errol FLYNN incarne son personnage, imprégné d'équité et de liberté, avec flamboyance, rôle qu'il reprendra à maintes reprises au début de sa carrière, avant de sombrer dans l'alcoolisme qui causera sa disparition. Michael CURTIZ réalise, pour l'époque, un film éminemment épique, avec la maîtrise dont il a su faire sa marque de fabrique. Il tourna pas moins de onze films avec Errol FLYNN, l'un de ses acteurs fétiches. Il nous offre ici l'un de ses meilleurs films d'aventures et est considéré par ses pairs, comme l'un des plus grands réalisateurs de tous les temps. Évidemment, aujourd'hui on regrettera la couleur et le manque d'effets spéciaux, mais en 1935, ce film est un véritable exploit technique et un vigoureux réquisitoire pour dénoncer la toute puissance et l'ingratitude de certains dirigeants de cette période de l'histoire. Un pur chef-d'œuvre. A noter la présence de Basil RATHBONE, célèbre pour ses diverses interprétations de Sherlock Holmes et de félons dans les films de cape et d'épée. Ce film marqua le début d'une carrière phénoménale pour Errol FLYNN, jusqu'à sa chute inexorable dans son dernier rôle d'alcoolique invétéré qu'il était devenu dans "Les racines du ciel" en 1958.
 
19/01/2017      partager tweet
Avis Cinéma
Djayesse

[Cinéphil]

Suivi par 94 membres
956 avis 

facebook blog 


suivre
note a vu le film le 19/01/2017 Avis : note
Peter Blood (Errol FLYNN) est un médecin irlandais qui voue sa vie à soigner son prochain, quel qu'il soit, sans distinction, qu'elle soit politique ou religieuse. Mais quand son prochain est un rebelle de son roi, évidemment, ça pose problème. Et c'est comme ça que le docteur Blood (étrange nom pour un docteur) est arrêté pour avoir porté assistance aux mutins. Et lui aussi est envoyé en Jamaïque pour y être vendu comme esclave à l'affreux colonel Bishop (Lionel ATWILL). C'est sa nièce Arabella (la très belle Olivia De HAVILLAND) - séduite par ce beau gaillard - qui l'achète et va lui assurer une vie un peu plus facile en le recommandant comme médecin auprès du gouverneur. Mais bien entendu, son seul espoir - ainsi que celui de ses compagnons - c'est de s'enfuir. Ils y parviennent en volant un galion espagnol qui avait attaqué l'île. Ils seront désormais des pirates, sans patrie ni attache, éventuellement chassés par le colonel Bishop, frustré de les avoir laissé échapper.

Un mois (à peu près) après Les Révoltés du Bounty (1935), produit par la MGM, la Warner Bros sort son film maritime. Mais cette fois, il s'agit d'un film mêlant cape & épée et piraterie. Coup double, et réussi !
Avant, on avait admiré Douglas Fairbanks dans Le Pirate noir (1926) d'Albert PARKER. Il y a maintenant Errol Flynn ! Lui aussi est un magnifique pirate. Il ne bondit pas aussi bien ni aussi souvent, mais malgré tout, son personnage est tout aussi attachant.
Et puis ce film est l'occasion de découvrir un duo mythique du cinéma : Errol Flynn et Olivia de Havilland. N'oublions pas non plus un autre acteur qui fait un court passage mais qu'on retrouvera en face des deux précédents : Basil RATHBONE dans le rôle du pirate Levasseur, et accessoirement déjà un personnage fourbe qui nous offrira un beau duel à l'épée avec Errol Flynn, annonciateur de celui qui les verra s'affronter dans Robin des Bois du même Michael CURTIZ (quelle longue phrase !).
Ce duo fonctionne très bien et leur rencontre dans le film fait écho à leur première véritable rencontre, si on en croit les mémoires d'Errol Flynn (Mes 400 coups / My wicked, wicked Ways, 1959). Allez les lire, vous vous ferez votre idée.

En tout cas, voici le retour de la grande aventure. Blood est un capitaine intelligent et charismatique : ses hommes - de joyeux flibustiers - le suivraient au bout du monde, et je crois que les spectateurs aussi ! Il faut dire que question piraterie, on est servi il y a toutes les caractéristiques :
- Un code d'honneur auquel tout le monde doit adhérer et qui punit ceux qui désobéissent (c'est le cas de Levasseur, par exemple) ;
- Un abordage au plus près de l'action, avec montée de hauban, grappins et envolée sur un boute d'un bateau à l'autre ;
- Des batailles navales - avec maquettes visibles, tout de même - de grande intensité.
Du grand spectacle !
Et puis dirigé de main de maître par Curtiz dont on peut, en plus, admirer les célèbres plans où les ombres gigantesques mangent l'écran :
- Quand Peter Blood soigne le rebelle, au moment de son arrestation ;
- Pendant le siège de Port Royal, on aperçoit les soldats espagnols en route vers le pillage en règle de l'île.

Il faudra trois ans pour que Curtiz rassemble le trio Flynn-Havilland-Rathbone dans une autre grande aventure : Les Aventures de Robin des Bois (1938). Là encore, il y aura des duels, des batailles, et ça bondira encore plus joyeusement.
Et en plus, ce sera en couleurs !

 
07/08/2017      partager tweet
Avis Cinéma
jamesbond

[Maitre Ciné]

Suivi par 843 membres
24 amis 2784 avis 

blog 


suivre
note a vu le DVD le 07/08/2017 Avis : note
Il fallait tout le talent et la verve du cinéaste hongrois Michael CURTIZ( de son vrai patronyme Mano Kurtèsz Kaminer !)pour dénicher deux acteurs inconnus devenus en espace de deux films des futurs stars des années 30/40, Errol FLYNN,un jeune Tasmanien(proche d'une île australienne) et une jeune anglaise née au Japon, Olivia De HAVILLAND (dernière mythe feminin de l'Âge d'Or de Hollywood) réunis pour la première fois.Ils vont tous les deux tourner huit films ensemble ,principalement sous la houlette du despote Curtiz. Si le film doit beaucoup au montage, le découvreur de talent, le producteur Jack Warner voulait faire deux pierres, trois coups,lancer les carrières cinématographiques du beau Flynn, de la belle Olivia, et du jeune premier Ross Alexander. Mais ce dernier parti prématurément deux ans plu tard âgé de trente ans, suite au suicide de sa première épouse Aleta Freele, une jeune comédienne ratée, déprimée et trompée par son mari. Plus d'une année plus tard c'est autour d'Alexander après l'échec de son second mariage avec une autre comédienne ,Anne Nagel et les sur- endettements de ce dernier,ce suicida avec la même arme que sa première épouse. Le jeune Ross devait jouer dans Les Aventures de Robin des Bois (1938) l'un des compagnons de Messire Robert de Locksley,le ménestrel Will l’Écarlate.

Captain Blood fut un gros succès aux États-Unis, un pari risqué de la part des frères Warner de miser sur le talent de deux inconnus, mais le publique de l'époque adorait le nouveau couple glamour de Hollywood,Errol et Oliva.

Ce film ne restera pas pour moi l'un des meilleurs de pirates,de cape et d'épée,trop caricatural,le mauvais roi Jack,le bon roi Guillaume,les gentils anglais détestent comme d'habitude les méchants français cela n'a pas changé,les coiffures et les maquillages sont irréalistes,trop propres, et les personnages trop lisses, j'ai vu bien meilleur notamment la référence et le premier du genre,Le Pirate noir (1926) avec Douglas Fairbanks.
Cependant,ce film d'aventure n'est pas négligeable pour autant,car Michael CURTIZ réussi quelques bonnes scènes de tir aux canons et d'abordages auxquels nous pouvons associer le superbe montage. Michael CURTIZ réalisa un bon film,mais son meilleur du genre est à venir, cinq ans plus tard, L Aigle des mers (1940) sera pour moi son premier chef-d'oeuvre.
 
11/02/2019      partager tweet
Avis Cinéma
PHILIPPE54

[Cinéfan]

Suivi par 115 membres
72 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 11/02/2019 Avis : note
tout simplement génial ce film avec du grand Errol Flynn .
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma