Du côté d'Orouët
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
1

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
11
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
10
Vod et streamingConcours et jeux
2
Créer mon compte / Me connecter   
search
Du côté d'Orouët

Du côté d'Orouëtnote

 

Réalisé par
en 1971

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Streaming VOD Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

post15/06/2009      partager tweet

bernardg

Suivi par 8 membres
3 amis 999 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 15/06/2009 Avis : note

« Rozier règle ses comptes – non moins que le Jean Eustache de
« Le cinéma de Rozier est si dépouillé de sophistication
« À la beauté intense des lieux et des objets s’ajoute so
Le Monde
« Du côté d’Orouët est une comédie intemporelle, un film long, triste e
ressac, les narines ensablées.»
Les Inrockuptibles
« Tournant résolument le dos aux conventions commerciales, Jacques Rozier s
dramatisé. Ce qu’il évoque dans Du côté d’Orouët
quotidienne. »
Combat
« L’adolescence des chuchotis, gaffes, bouderies, fous rires, messes basses est restituée avec une ferveur miraculeuse
La Croix
« Rozier, dans cette chronique dont il souligne le cours irréversible en notant les jours comme sur un carnet de bord, a p
plus impalpable le temps qui se perd. »
Le nouvel observateur
« Courrez voir Du côté d’Orouët : vous y trouverez votre vie. Et vous la comprendrez mieux.
Télérama
« Sur un scénario on ne peut plus simple, Jacques Rozier réussit un film qui est une petite merveille d’équilibre et de naturel
authentique qui apporte une immense bouffée d’air pur et un grand souffle de liberté.
Guide des films
DISTRIBUTION
 
post10/11/2014      partager tweet
Avis Cinéma
dancerinthedark

[Accro au ciné]

Suivi par 145 membres
2 amis 501 avis 



suivre
note note a vu le DVD le 09/11/2014 Avis : note

Rozier aime filmer et cela se ressent. Sur un scénario relativement maigre, le metteur en scène nous livre plus de deux heures de bonheur, où il prend son temps pour nous faire partager des moments d’intimité avec ses personnages, magnifiquement interprétés. Si la mise en place est rapide, on assiste dès le début des vacances dans une villa au charme désuet, à des crises de fou rire, des ballades en bateau ou à cheval, une orgie de gâteaux, la pêche à la crevette… dans une station balnéaire déserte. Mais Rozier sait aussi filmer l’ennui mais sans ennuyer son spectateur… Miracle de ce film, on a le sentiment de vivre la complicité des trois jeunes filles, en jouant sur nos propres souvenirs.
Les images sont belles et teintées de poésie ; on croit parfois ressentir les odeurs de la mer, de la villa des grands-parents, des gaufres…
Un film que l’on « vit », plus que l’on voit : c’est la qualité de quelques rares films, dont fait partie celui-ci.
 
post12/01/2019      partager tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Cinéphil]

Suivi par 576 membres
4 amis 1034 avis 

facebook blog 


suivre
note note a vu le DVD le 11/01/2019 Avis : note

"Du côté d'Orouët" ça sonne comme "Du côté de chez Swann" et ce n'est certainement pas un hasard. Au lieu de raconter une histoire structurée par un scénario, Jacques ROZIER préfère nous immerger dans un grand bain sensoriel rythmé par les jours qui passent, s'en vont et ne reviendront plus. Il saisit sur le vif des éclats de vie d'autant plus spontanés qu'ils s'inscrivent dans des moments de creux, de "vacance", de vide. Il extrait ses personnages de leur quotidien corseté, rythmé par les contraintes pour les filmer en vacances, dans une parenthèse à la fois hors du temps et éphémère. Cela rend son film très proche et vivant d'autant que sa caméra est aussi légère et libre que le jeu des acteurs, en partie improvisé. Une méthode issue de la Nouvelle Vague et que l'on trouve aussi dans le cinéma indépendant américain de cette époque. Bien qu'il ne se passe "rien" à proprement parler, qu'il n'y ait "rien" à voir puisque Jacques ROZIER élude tous les faits saillants, le fait d'être à ce point plongé dans l'intimité des personnages fait que les 2h34 du film passent en un éclair et qu'on en voudrait encore. Encore de quoi? Du goût des gâteaux à la crème et des gaufres dont les trois filles Caroline (Caroline CARTIER), Joëlle (Danièle CROISY) et Kareen (ou Karine? jouée par Françoise GUÉGAN) s'empiffrent, de l'odeur iodée qu'elles respirent à plein poumons, de la chaleur du soleil qui caresse leur peau et du bruit du vent qui souffle en tempête et les pousse à se pelotonner sous la couette avec un thé chaud, des biscuits et un jeu de cartes à la main, des sentiers boisés qu'elles parcourent à cheval et de l'eau qui entre par paquets dans le voilier sur lequel elles sont pris place. Et puis pour troubler le jeu il y a Gilbert (Bernard MENEZ dans son premier rôle) et Patrick (Patrick VERDE). Gilbert, le petit chef de bureau maladroit qui s'incruste au milieu du gynécée au prix de la perte de sa virilité symbolisée par la scène des anguilles. Face à cet eunuque réduit malgré lui au rôle de larbin et de souffre-douleur, Patrick le sportif bronzé incarne au contraire la séduction de la force virile tranquille qui attise les rivalités féminines pour mieux s'en jouer. Comme si l'autre sexe ne pouvait exister qu'en position de victime ou de bourreau. C'est lorsque Gilbert finit par plier bagages, dégoûté par le traitement que lui font subir les filles que celles-ci réalisent ce qu'elles ont perdu. Caroline fond en larmes et plus tard, lorsque Joëlle trouve une sardine de tente dans le jardin qu'elle décide de laisser en souvenir de son passage, Caroline ajoute "Tu dis qu'il était ennuyeux mais sans lui on aurait eu des vacances complètement ratées". Et Joëlle d'ajouter "oui...peut-être". Et la caméra continue à s'attarder longuement sur cette sardine plantée dans une corne d'abondance, souvenir d'un temps désormais à jamais révolu.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma