El Reino
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
7

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
3
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
9
Vod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
search
El Reino

El Reinonote

 

Réalisé par
en 2018

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Récompenses (9) Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

17/04/2019      partager tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 159 membres
18 amis 2227 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 17/04/2019 Avis : note
Le film a été largement récompensé par un Prix de la critique au Festival international du film policier de Beaune 2019 et surtout 7 Goya dont celui du meilleur réalisateur pour Rodrigo Sorogoyen et du meilleur acteur pour Antonio de la Torre. Le réalisateur nous avait déjà surpris il y a 2 ans avec « Que dios nos perdone », bon thriller policier avec Antonio de la Torre dans le rôle principal. Là il s’agit d’un thriller politique.
Les dignes membres d’un parti politique local sont au restaurant, dans le lot il y a Manuel López-Vidal qui a l’air de monter dans la hiérarchie et en passe à avoir un poste au niveau national. Par contre le personnage influent trempe aussi dans des affaires louches, mais ses amis profitent allègrement de ça et arrondissent très largement leur fin de mois. En plus avec d’autres membres de son parti il décompresse sur un yacht avec des femmes qui sont invitées pour adoucir un peu les mœurs sauf que ces petites sorties sont filmés par l’un ou par l’autre sur un téléphone portable, chacun étant persuadé que tout passera inaperçu. Le jour où toutes ces malversations sont rendues publiques Manuel López-Vidal refuse de porter le chapeau, il est le fusible idéal et on lui propose même un poste à l’étranger pour se faire oublier, mais l’homme politique veut avoir le dernier mot et plus on agite les bras et plus on attire l’attention des journalistes et plus des documents et vidéos sortent d’un chapeau quelconque et enfonce le clou plus profondément ...
Bien sûr Rodrigo Sorogoyen, même s’il change de sujet passant du policier aux personnages politiques, nous passionne toujours autant et fait monter la pression au long du scénario et le fait de faire appel à son acteur fétiche, Antonio de la Torre, est une idée excellente. Bien sûr on est habitué à ce genre de scandale et il n’est point besoin de jeter un coup d’œil de l’autre coté des Pyrénées, on a ça chez nous et on se demande même si on devrait pas laisser les hommes politiques magouiller à leur guise sans besoin de se faire du mouron sachant qu’un tribunal finira par les disculper à la fin, comme on devrait laisser les cyclistes professionnels se doper quand ils veulent, malgré tout il finiront par mourir très jeunes et ce qu’ils auront cotiser pour leur retraite profitera aux autres. Bref le film reste une réussite avec cet homme politique qui veut aller au bout de ses conviction et qui va faire monter la pression, mais restons en là pour ne pas déflorer le sujet. Pas moyen de savoir de quel parti il s’agit et dans quelle région espagnole cela se produit. Par contre il met bien en exergue la paranoïa du personnage qui a l’impression d’être épié de partout, enfin si les hommes politiques sont presque tous des ripoux, il existe des professions qui se laisse entraîner dans le même maelstrom et souvent, ne rien dire par omission est aussi blâmable. Enfin je vous invite à vous faire une idée en allant voir ce film et vous laisser imaginer des affaires qui sont passées dans notre pays.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
24/04/2019      partager tweet

carre 63

[Accro au ciné]

Suivi par 495 membres
404 avis 

blog 


suivre
note note a vu le film au cinéma le 24/04/2019 Avis : note
Voilà un thriller politique qui scotche le spectateur de façon absolument remarquable. Rodrigo SOROGOYEN mène son entreprise avec un incroyable sens du rythme, alternant joutes verbales et scènes d'action au bord de la paranoïa sans perdre en densité. Porté par un Antonio de la TORRE filmé au plus près, impressionnant en homme politique corrompu à la fois pathétique et attachant, difficile de faire la fine bouche devant un film qui jusqu’à sa chute surprend et estomaque. Génial !












vu au Les Cinéastes
 
27/04/2019      partager tweet

aj

[Cinéfan]

Suivi par 102 membres
80 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 26/04/2019 Avis : note
El Reino ou Plus dure sera la chute !

MLV, sûr de lui, se croyant entouré d'amis, se voyait déjà succéder au vieux cacique du Parti et tout s'effondre lorsqu'il se retrouve désigné comme bouc émissaire dans une affaire de scandale financier où ils ont tous trempés. Il croyait pourtant à son image, à son avenir politique prometteur, en homme d'affaire talentueux, bon père et bon mari.
S'estimant trahi il va refuser de jouer le jeu de bouc émissaire désigné et va s'appliquer à rechercher les preuves de leur implication générale dans une kyrielle de malversations.
Il est moins doué dans ce domaine que dans celui de la représentation de cadre socialement honorable et celui de père hyper affectueux. Il en devient attachant ce ripou malchanceux. On tremble pour lui et souhaite le succès de sa très dangereuse entreprise face à des adversaires aguerris et acculés.

SOROYEN nous fait une galerie de portraits de politiciens corrompus ; peinture magistrale et impitoyable, suspense croissant terriblement entretenu par un rythme très soutenu.
IL sait y faire : la réalisation est musclée, épouse les émotions des personnages et les péripéties d'une inquiétante histoire. Ambiance souvent survoltée hormis les courte escapades -bientôt troublées- que s'accordent père et fille à nager en mer.

C'est la marque de fabrique de SOROYEN maître du nouveau polar espagnol qui cette fois s'attaque au thriller politique. IL offre un couronnement à l'étoile constamment croissante de ce cinéma ibérique avec un rôle magistral où son talent explose après celui du flic tourmenté de Que dios nos perdone. Il s’impose peu à peu dans différents registres (Almodovar, puis la Isla minima notamment)
Belle interprétation par Monica Lopez d'une épouse aimante ; elle a innocemment profité du meilleur sans se poser de questions et restera courageusement pour affronter le pire, toujours digne et attentionnée.

Personnellement je trouve que SOROYEN sacrifie l'histoire au personnage mais cela nous force à réfléchir à l'instar finalement de ce "héros"
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma