Everybody Knows
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
10

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinémaAgenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
1
Vod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
Everybody Knows

Everybody Knows

 

Réalisé par
en 2018

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

09/05/2018      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 149 membres
14 amis 2057 avis 



a vu le film au cinéma le 09/05/2018 Avis :

Le film est présenté en film d’ouverture et en compétition-longs métrages au festival de Cannes 2018. On se souvient du réalisateur Iranien Asghar Faradhi pour de nombreux films dont « Une séparation » et « Le client ». Là il pose sa caméra en Espagne.
Laura vit en Argentine mais à l’occasion du mariage de sa sœur elle revient avec ses deux enfants au village natal, son mari n’a pas pu la suivre à cause de ses affaires. C’est l’effervescence au village avec des invités qui viennent de partout et Paco un ancien ami de Laura est de la partie, il possède des vignes et il va en laisser, pendant les festivités, le travail à son associé et aux saisonniers venus pour les vendanges. Irène la fille ainée de Laura est une adolescente et elle aime bien s’amuser, avec un copain elle a fait de la mobylette sur des chemins caillouteux et visité le clocher de l’église où tout autour du mécanisme de l’horloge les amoureux viennent en catimini graver leurs initiales sur les murs à l’abri des regards. Le mariage bat son plein et après la cérémonie dans l’église c’est la fête et l’alcool coule à flot, beaucoup ont déjà la tête qui tourne et les enfants qui auraient dû user de modération sont un peu pompette, c’est le cas d’Irène qui part se coucher accompagnée de sa mère. Un peu plus tard, il y a une panne générale d’électricité et on a sorti les bougies, pour dépanner Paco est allé chercher dans sa remise un groupe électrogène pour que la fête continue dans de bonne condition, c’est le moment que choisit Laura pour aller voir comment se porte sa fille, par contre la porte de la chambre est fermée à clef ...
Asghar Faradhi nous a sorti une intrigue à la limite du thriller dans un environnement très villageois et ce scénario rédigé à l’origine en « farci (persan) » a été traduit dans la langue de Cervantès et l’intrigue fait aussi espagnole que si c’était Almodovar lui même qui en était l’auteur. Nous sommes dans un village espagnol assez typique et au milieu de vignes et c’est dans ce type de localité où tout finit par se savoir y compris et surtout ce qu’on ignore. Il va s’y passer un évènement que l’on va s’empresser de taire pour éviter de déflorer l’énigme. Il faut savoir que quand un évènement surgit ainsi alors le passé resurgit avec lui et des petits riens qui dorment toujours dans un coin prennent des proportions énormes. Bien sûr tout se passe dans un cercle très restreint avec simplement de temps en temps les conseils d’un policier en retraite qui a un bon esprit d’analyse. Dans les premières loges, on va trouver le couple Pénélope Cruz et Javier Bardem très présents en ce moment sur les plateaux. Le film est assez long (2h12) mais ont peut rassurer tout le monde, il est très captivant et va nous laisser une grande part à notre imagination. Un bon film assurément à qui on peut souhaiter du succès au festival de Cannes.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
23/05/2018      tweet
Avis Cinéma
deanloomis

[Cinéfan]

Suivi par 67 membres
1 amis 50 avis 



a vu le film au cinéma le 23/05/2018 Avis :

Un titre en anglais pour un film en espagnol réalisé par un metteur en scène iranien. J'aurais dû me méfier.
Commençons par le positif. L'interprétation plutôt solide, même Bardem qui a été beaucoup critiqué pour un jeu disons décalé, mais qui en définitive rend assez bien le trouble du personnage. Ricardo Darin est comme toujours impeccable et Penélope Cruz se sort plutôt bien d'un personnage constamment en crise de nerfs.
Des paysages de la campagne espagnole bien filmés et qui offrent indéniablement un contrepoint intéressant à ce faux huis-clos.
Une mise en scène sobre qui suit au mieux les personnages.
En revanche, ça se gâte nettement lorsque l'on rentre dans le vif du sujet. Il y a une sorte de malédiction sur les metteurs en scènes que l'on pourrait qualifier "d'intellectuels" dès qu'ils s'attaquent au genre policier. Ou bien il s'emmêlent les pinceaux en voulant élever le niveau de l'intrigue, trahissant ainsi à la fois une méconnaissance du genre et une forme de mépris pour la mécanique de ce type de scénario. Ou bien, ils ne se servent de l'intrigue que comme un vague prétexte pour raconter une toute autre histoire. Et c'est le cas dans ce film.
La conséquence c'est que bien des éléments de la structure même de l'histoire, on pourrait dire sa colonne vertébrale, sont traités par dessous la jambe. Le postulat de base, le kidnapping d'une jeune fille, est tellement mal assumé que la résolution de l'intrigue est plus que bâclée et expédiée en quelques secondes d'une manière que le plus mauvais des feuilletons français n'oserait pas nous proposer.
Et la toute fin du film est à cet égard particulièrement ratée.
La tentation pour certains metteurs en scènes de ne pas finir une séquence, voire même un récit cache souvent une incapacité à boucler leur histoire. En ne résolvant pas toutes les pistes ouvertes pendant le film, on crée une frustration certaine.
Si l'on ajoute à ce manque de courage dans la narration une tendance envahissante à laisser tourner caméra bien trop longtemps à chaque séquence, pour nous faire comprendre à quel point ce qu'on nous montre est important, on finit par se lasser et à ne plus s'intéresser que vaguement à cette réunion de famille au bord de l'explosion.
A ce titre, l'exposition de près de trois quarts d'heure, censée présentée les personnages finit par devenir insupportable. On se croirait à une réunion de famille où l'on veut à toute force vous faire visionner des films de vacances qui ne vous intéressent pas le moins du monde. Pénible, avec des dialogues sans le moindre intérêt.
Je ne sais pas pourquoi, mais après une heure de projection, je ne pouvais m'empêcher de penser à l'inspecteur Derrick ! On n'en était pas loin, une intrigue vue des dizaines de fois cachée sous un affrontement familial qui relève du cliché et des fausses pistes en pagaïe que l'on ne prend même pas la peine de résoudre.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+