Fièvre sur Anatahan
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
2

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinémaAgenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   
Fièvre sur Anatahan

Fièvre sur Anatahan

 

Réalisé par
en 1953

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

29/05/2018      tweet

philmurph

[Accro au ciné]

Suivi par 772 membres
2 amis 204 avis 



a vu à la télé le 25/05/2018 Avis :

Une poignée de soldats japonais échoue sur une île occupée uniquement par un couple. Ignorant que la guerre est finie, ils se résignent à y vivre dans l’attente d’un hypothétique sauvetage, sans se douter qu’ils vont rester sur place durant sept longues années.
Les hommes en viendront à se battre pour le cœur de la belle qui, au départ, se fait désirer avant de devenir volontairement provocante. Le temps passant, les hommes en viendront à s’entretuer, moins pour son cœur que pour son corps. La belle, quant à elle, bien que maltraitée par son mari verra son attitude changer lorsqu’il se fera tuer et elle fera tout pour échapper aux soldats.
Le film montre bien le désarroi de soldats qui se voient abandonnés en attendant un ennemi qui n’arrive pas. Le phénomène de groupe est bien mis en avant, avec les jalousies, les manipulations puis les violences pour conquérir la femme comme dans les relations avec l’autorité. La notion de pouvoir apparait sous différentes formes : celle de l’autorité rigide représentée par le gradé, celle de la possession montrée par le mari puis celle des quelques hommes qui, tour à tour, parviennent à s’emparer des deux révolvers. La notion de patriotisme et de devoir propre aux japonais apparait à plusieurs reprises, comme lorsque les soldats alertés par les haut-parleurs des bateaux américains refusent de croire que la guerre est finie et se tournent alors vers leur gradé alors que celui-ci avait vu son autorité bafouée au fil du temps ou lorsqu’à chaque nouvel an, ils se tournent dans la direction du palais impérial pour rendre hommage à leur Mikado. Les quelques images d’époque montrant le retour au pays de soldats japonais parviennent bien à faire ressortir le contraste entre les soldats fanatiques qui se sont résolus à accepter la défaite et ceux qui veulent continuer la lutte ou ne peuvent se résoudre à la capitulation, comme le fait le gradé.
Les dialogues ne sont pas sous-titrés. Seule une voix off sensée être celle d’un soldat narre l’histoire, malheureusement, le film étant en noir et blanc, certains sous-titres sont illisibles. Petit erreur historique : la seule mitrailleuse montrée est américaine et non pas japonaise. De même, les parachutes trouvés dans l’avion américain qui sont orné d’étranges motifs.
Sans doute pas un film « A voir » mais un film qui se laisse regarder par curiosité et qui parvient cependant à capter l’attention.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+