Glass
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
5

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
2
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteurs
1
Vidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
1
Vod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   EN 
search
Glass

Glassnote

 

Réalisé par
en 2018

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

20/01/2019      partager tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 158 membres
18 amis 2219 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 19/01/2019 Avis : note
C’est une suite du film « Split » sorti en 2017 avec les personnages du film « Incassable » sorti en décembre 2000 avec pour personnage David Dunn survivant unique d’une catastrophe ferroviaire qui a fait 131 morts et Elijah Price qui souffre depuis sa naissance d’une forme d’ostéogénèse nommée « les os de verre ».
Nous sommes à Philadelphie en Pennsylvanie et un psychopathe qui va revêtir 23 personnalités différentes dont celle de la bête vient de kidnapper des pom-pom girls et il a bien l’intention de les tuer et il les garde prisonnières dans une briqueterie désaffectée dans une zone industrielle qui l’est tout autant. D’un autre coté David Dunn l’incassable a fondé une société spécialisée dans la vente de solutions de sécurité avec son propre fils, depuis il a consacré sa vie en tant que justicier et il se fait fort de retrouver les filles kidnappées par le psychopathe pour tenter de les sauver, il va finir par croiser le dément dans la rue et les tâches rouges qui maculent les habits du bandit lui révèlent que les filles sont prisonnières dans une briquèterie, comme il est en communication avec son fils, ce dernier lui révèle grâce à internet l’endroit exact où se trouve cette usine désaffectée, il s’y rend pour sauver les pauvres filles au moment où le fou arrive et un combat entre l’incassable et la bête va se produire et David Dune va précipiter son adversaire par une fenêtre et les deux hommes vont lourdement chuter sur la chaussée à l’extérieur où il pleut à verse, à ce moment là les deux combattants vont se retrouver encerclés par des forces de police aux ordres du Dr Ellie Staple qui est psychiatre et la bête qui est une des personnalités de Kevin Wendell Crumb est neutralisé par des lampes hypnotiques quant à David la pluie battante suffit à le neutraliser à cause d’un traumatisme d’enfance ...
C’est le type de film à succès hollywoodien avec une ponction dans d’autres films déjà tournés. Ce n’est pas à proprement parler une suite tout en étant une et malheur à ceux qui n’ont pas vu les autres films où évoluent les personnages que l’on va voir dans cette aventure, bien sûr on peut certainement s’en passer, mais c’est moins bien. Le film, ou du moins la psychologue qui y joue un rôle important veut faire la nique aux super-héros qui animent les « comics » en partant du principe que dès qu’il y a un super justicier, il y a aussi forcément un super méchant et le bienfait de l’un est annulé par l’autre et on peut dire que c’est vrai. La psychiatre a mis au point une procédure médicale pour les aider à se débarrasser de leur délire et de façon radicale mais le public, c’est à dire nous est tout de même outré que David Dunn notre incassable fasse partie du lot car on le trouve sympathique. Bon on s’en doute, tout cela va partir en sucette car notre Mr Glass que chacun voit inerte sous tranquillisant a plus d’un tout dans son sac. Il y a trop d’imagination dans ce scénario et elle n’est pas autant débridée qu’on le souhaiterait, on a beaucoup de plaisir à voir nos acteurs favoris, mais ça ne suffit pas et on trouve le temps un peu long surtout que la durée du film l’est vraiment !

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
20/01/2019      partager tweet
Avis Cinéma
rhapsody

[Guru Expert]

Suivi par 1084 membres
151 amis 748 avis 

facebook youtube twitter insta blog 


suivre
note a vu le film au cinéma le 20/01/2019 Avis : note
J'avais bien aimé Incassable (2000), et n'ai pas vu Split (2016) car un peu trop flippant pour moi !

Alors Glass est flippant, pas trop mon style de film, un peu lent, un peu trop dans les mêmes décors..

Mais c'est un coup de Maitre !

Le scénario est tellement bien travaillé, le suspense est bien géré, et possède une vision originale des super-héros.

James McAVOY est impressionant, je comprends pourquoi Split a marché, et Bruce WILLIS est dans son personnage taciturne, Samuel L. JACKSON est parfait même quand il est sous sédatif il nous fait flipper.

Les quelques flash back sont très bien faits, notamment avec Bruce Willis plus jeune.

Un film à voir et revoir pour noter les petits détails.
 
21/01/2019      partager tweet
Avis Cinéma
al1buire

[Cinévore]

Suivi par 810 membres
69 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 19/01/2019 Avis : note
Ayant bien aimé "Incassable" et "Split" j'attendais "Glass" avec beaucoup d'impatience...mais ce fut une grande déception. Il n'y a aucune action pendant deux heures, le film est très lent. Quelque chose sonne faux dans ce film au niveau de la forme ; les dialogues, le scénario et le jeu des acteurs paraissent complétement naïfs, forcés et artificiels. "Glass" n'a ni l'élégance du premier ni le froid et le côté humoristique du deuxième. C'est mou et l'ennui s'installe du début à la fin. Déçu de Shyamalan dont j'avais franchement bien aimé le cinéma jusqu'à ce gros raté !!!
 
28/01/2019      partager tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Cinéphil]

Suivi par 625 membres
4 amis 1134 avis 

facebook blog 


suivre
note a vu le film au cinéma le 27/01/2019 Avis : note
Si je suis globalement rétive aux films de super-héros (il y a tout de même des exceptions en ce qui concerne Batman et Spiderman), j'aime beaucoup en revanche les œuvres qui interrogent leur univers. J'avais été par exemple impressionnée par les sculptures en lego que Nathan Sawaya avait consacré aux héros de DC Comics avec notamment une vision angoissante d'un Superman se retrouvant emmuré dans sa propre cape. C'est dans cette même veine que se situe "Glass", troisième volet d'une trilogie qui effectue la jonction entre "Incassable" (2000) et "Split" (2016). En effet le titre, "Glass" va au delà du nom du personnage interprété par Samuel L. JACKSON. Il illustre de manière troublante la célèbre phrase de Jean COCTEAU extraite du film "Le Sang d un poète (1930)", "Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de renvoyer les images" ^^. D'abord parce qu'il s'agit d'un film de réflexion et non d'action privilégiant la fixité sur le mouvement. Les combats sont par exemple systématiquement avortés, celui de la fin dans la tour d'Osaka étant purement et simplement escamoté. Sa surface vitrée ne réfléchit donc que le vide, omniprésent dans l'ensemble du film. Cette manière de déjouer les attentes du spectateur interroge aussi bien l'identité du super-héros que sa place dans le monde. M. Night SHYAMALAN souligne le même paradoxe que Brad BIRD. Omniprésents dans la culture populaire américaine depuis les années 30, les super-héros sont invisibles dans la réalité (d'où le fait qu'elle ne reflète que le vide, le film de M. Night SHYAMALAN se plaçant délibérément dans un registre réaliste). Est-ce la preuve définitive que les super-héros ne sont qu'un mythe et que leurs supporters ont tort d'y croire ou est-ce parce qu'ils n'ont pas le droit d'exister tels qu'ils sont réellement? Dans "Les Indestructibles" (2004), leur intégration se fait au prix de la dissimulation de leur véritable identité. Dans "Glass", ils sont enfermés à l'asile (ce qui implique qu'il sont considérés comme des malades) dans ce qui est une très intéressante relecture de "Vol au-dessus d un nid de coucou" (1975) (et d'une partie de "L Armée des douze singes" (1995) dans lequel jouait Bruce WILLIS et qui était également un hommage au film de Milos FORMAN). Le docteur Ellie Staple (Sarah PAULSON) est une nouvelle Miss Ratched dont la douceur apparente dissimule les noirs desseins éradicateurs. Se situant dans le registre de la manipulation, elle ne cesse de faire douter d'eux-mêmes les trois hommes qu'elle doit "traiter" pour les détruire de l'intérieur et l'opération projetée sur Elijah (le cerveau du trio tout aussi manipulateur qu'elle) est un avatar de la lobotomie subie par McMurphy avec lequel elle est engagée dans une véritable lutte de pouvoir. On apprécie d'autant plus le twist final qui illustre parfaitement la phrase de Cocteau, la faille du dispositif de surveillance résidant justement dans le fait d'enregistrer des images qui non réfléchies (par les gardes-chiourmes de la normalité) peuvent échapper à leur contrôle et servir de "preuve" (même si ce ne sont que des images et non la réalité, la confusion est inévitable: "c'est vrai, je l'ai vu" ^^).

"Glass" a également un autre sens intéressant. Il renvoie à la vulnérabilité de super-héros que l'on croit à tort invincibles. Cet aspect renvoie à la mythologie grecque, plus précisément à Achille, le héros de la guerre de Troie. Sa mère l'a plongé bébé dans le Styx, l'un des fleuves des Enfers, pour que son corps devienne invulnérable ; mais son talon, par lequel le tient Thétis, n'est pas trempé dans le fleuve et reste celui d'un mortel. Par conséquent il meurt d'une flèche plantée dans le talon. Chacun des trois super-héros de "Glass" possède ainsi une faiblesse qui lui est fatale. David Dunn alias "L'Homme incassable" ou le "Superviseur" (Bruce WILLIS) est hydrophobe, Elijah Price alias M. Glass (Samuel L. JACKSON) souffre de la maladie des os de verre et la Bête alias Kevin Wendell Crumb alias les 22 autres personnalités de sa "Horde" (James McAVOY) lorsqu'elle est ramenée à sa condition humaine ne survit pas aux balles dans le corps. Car entre la bête et le surhomme, ces personnages sont avant tout des hommes et c'est cette dimension humaine qui les rend vulnérables. Elle passe par l'emprise du temps (géniaux flashbacks sur des scènes coupées de "Incassable" (2000) qui témoignent du vieillissement de Bruce WILLIS et de Spencer TREAT CLARK qui joue son fils), les traumatismes de l'enfance (à l'origine de l'hydrophobie de David alors que Elijah résiste à sa lobotomie en se remémorant une scène où enfant il s'est blessé en faisant un tour de manège à sensations, deux scènes de flashbacks également coupées du film "Incassable" (2000) alors que Kevin et Casey partagent des souvenirs indélébiles de maltraitances infligées par un de leurs parents) et enfin l'amour pour les êtres chers (la mère pour Elijah, le fils pour David et Casey pour Kevin, son contact étant le seul moyen de lui rendre son humanité). En les rendant humains trop humains, c'est au final notre propre humanité que M. Night SHYAMALAN interroge.

vu au Gaumont Alésia
 
09/02/2019      partager tweet

sabgaga

[Cinévore]

Suivi par 83 membres
224 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 02/02/2019 Avis : note
J'attendais avec impatience cette suite, ayant adoré "Split".
Malheureusement, le rythme est inégal, le début est excellent, la partie dans l’hôpital est longue et trop lente et le final est plutôt bon et surprenant !
​Mais i​l y a tout de meme quelques scènes pleines de tensions ou encore d'émotions qui sont très efficaces.​
​L'ensemble du casting est très bon​ : ​j'ai ​aimé retrouve​r ​Bruce Willis, Samuel L. JACKSON​ e​t James McAvoy​, qui ​est toujours aussi exceptionnel dans ses multiples rôles​ (à quand un Oscar ?!!!)​.​ Ce fût un réel plaisir de revoir Anya ​T​aylor-​J​oy​ et Spencer Treat Clark​​.​
Shyamalan nous a offert une trilogie originale sur les super-héros bien loin de ce qu'on nous vend d'habitude et ça c'est top !
​"Glass" reste en dessous de mes attentes mais c'est tout de même une belle conclusion d'une trilogie résolument humaine.​
 
07/04/2019      partager tweet
Avis Cinéma
vince540

[Spectateur]

Suivi par 15 membres
6 avis 



suivre
note a vu le film en VOD le 07/04/2019 Avis : note
...C'est effectivement une suite de Split,mais bien plus encore.En réalité une Trilogie qui semble se confirmer au fil des années, le filon semble tellement juteux que le cinéma actuel est avant tout une machine à cash. Pourquoi pas, quand le scénario proposé est bon. Revenons à nos chers personnages. Il faut tout de même prendre le temps de visionner les deux premiers pour mieux comprendre que Glass est une génése (selon un des protagonistes dans le film )...Le rythme est assez lent et nous ballade d'un endroit à un autre avec chaque personnages. La dernière heure est plus haletante, le mystère se dévoile et les 3 personnages sont réunis et là tout prend un sens...Sans rentrer dans le détail...le clap de fin remet en question beaucoup d'interrogations et se permet un bon gros twist assez brutal dans le sens est ce que la fin justifie les moyens...car on ne s'attend pas forcément au dénouement présenté..Le cadrage est correct, quelques mouvements de caméras sympas, une ambiance parfois glauque ou aseptisée...le casting est somptueux..film d'atmosphère et fantastique réussi...en route pour une quadrilogie..à voir smiley
 
14/04/2019      partager tweet

6-21-3-11

[Cinéfan]

Suivi par 80 membres
176 avis 



suivre
note a vu le film le 14/04/2019 Avis : note
incassable un film sympa, split commençait bien pour finir en sucette mais là...rien de rien, ça commence plutot bien mais rapidement on sombre dans le n'importe quoi, le scenario est fouilli, les 3/4 des acteurs ne servent pas vraiment...6e sens etait un coup de bol, depuis...
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma