La Charge héroïque
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
4

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
5
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   
search
La Charge héroïque

La Charge héroïquenote

 

Réalisé par
en 1949

Donnez votre note
Film, images, jaquettes News Avis & critiques Streaming VOD Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

01/10/2008      partager tweet
Avis Cinéma
Louloute1

[Guru Expert]

Suivi par 181 membres
50 amis 61 avis 



suivre
note note a vu le DVD le 15/05/2008 Avis : note
Deuxième volet de la trilogie de John FORD sur la cavalerie. Entre "Le massacre de Fort Apache" et "Rio Grande".
Le bleu des uniformes, le vert des arbres, la tache écarlate du manteau d'un Indien et le jaune du turban d'Olivia...
Vibrant hommage que John FORD adresse à ces cavaliers anonymes qui ont permis la naissance d'une nation.
Que dire de ce Capitaine de cavalerie (John WAYNE), à la veille de sa retraite, qui fume le calumet avec un Chef Indien...?
A savoir: 2 véritables "Chefs Indiens" dans ce film!
"Chief John Big TREE" et "Chief Sky EAGLE".
Merci Monsieur FORD...
Merci Monsieur WAYNE...
Une page de ma jeunesse est à nouveau présente!
 
08/11/2009      partager tweet
Avis Cinéma
LGé

[CinExpert]

Suivi par 60 membres
8 amis 264 avis 



suivre
note note a vu le DVD le 08/11/2009 Avis : note
Ford est un « pictural ». Il filme en plan fixe et large. Quand il filme Monument Valley, la composition est picturale ; les personnages, la diligence, dans le tableau, sont à peine visibles… c’est comme s’il filmait un cimetière, celui de ces âmes qui ont vécu là, de ces indiens qui sont morts en résistant là.

Quand, très rarement il utilise le travelling, c’est pour que l’on découvre, en amorce de droite à gauche ces indiens, immobiles au sommet d’une mesa, comme s’ils avaient toujours été là… des « native americans » !

Ford est un pictural quand il utilise savamment l’ombre et la lumière.

Le capitaine Nathan Brittles (John WAYNE) dans « She wore a yellow ribbon » s’est retiré dans un petit cimetière adjacent au fort. Jambes à demi-croisées, tête penchée, visage sombre, il est assis au pied de la tombe de sa femme. Cette scène, mélancolique, n’est pas muette. Nathan parle. La ritournelle qui accompagne la scène concourt à ce sentiment nostalgique. Un raccord dans l’axe (i.e. un plan éloigné puis un plan rapproché dans le même axe) allume imparablement notre émotion. Nathan aussi : ses yeux sont soudainement embués de larmes. Le plan suivant nous révèle la cause de son émotion : la lente, tremblante, apparition sur la pierre tombale de l’ombre d’une jeune femme. On comprend qu’un instant il a pensé que, par la toute puissance de sa pensée, la femme qu’il invoquait revenait d’entre les morts.

Cette scène à elle-seule résume le génie et l’œuvre de Ford.

Elle cristallise en un plan la dualité constante entre mythologie et familiarité, entre l’absolu et le relatif (il lui arrivera parfois d’opposer jusqu'à morale/religion et truculence/main au cul, comme dans « The quiet man » par exemple).

Quand on lit une interview de Ford (comme une interview d'Hitch, d’ailleurs) ce qui nous frappe, ce sont ses réponses sibyllines, truculentes (donc !), nonchalantes, comme si, non qu’il n’ait pas eu conscience de son génie, mais qu’il se délectait dans l’élégance décontractée d'y échapper. (... et moi, j’adore ça !)
 
18/12/2009      partager tweet
Avis Cinéma
rsweety

[Cinéfan]

Suivi par 36 membres
2 amis 213 avis 



suivre
note note a vu à la télé le 18/12/2009 Avis : note
Un chef d'oeuvre du western, ces du John FORD. Un trés bon scénario, de trés belle bataille avec les indiens. Un John WAYNE au top. Un western à voir et à revoir.
 
08/08/2010      partager tweet
Avis Cinéma
GuyB

[GuruCiné]

Suivi par 856 membres
26 amis 191 avis 



suivre
note note a vu à la télé le 08/08/2010 Avis : note
La Charge Héroïque est un excellent Western réalisé par un maître en la matière, John FORD et filmé en décor naturel dans des paysages grandiose près de Monument Valley et interprété entre autres par John WAYNE et Victor McLaglen... La scène, dans le bar avec le sergent Quincannon en civil, est pour moi une scène inoubliable du film. Un film à voir et à revoir.
 
10/08/2010      partager tweet

Mibem

[Cinéfan]

Suivi par 1 membres
107 avis 



suivre
note note a vu le film au cinéma le 10/08/2010 Avis : note
Un film magnifique mais qui appartient à un monde complétement révolu. Impossible pour les nouvelles générations de s'y intéresser, sinon pour en rire...
 
11/08/2010      partager tweet

ATIS

[AmateurDeCiné]

Suivi par 130 membres
5 avis 



suivre
note note a vu le film au cinéma le 11/08/2010 Avis : note
LA CHARGE HEROIQUE EST UN FILM SPLENDIDE QUE L'ON PREND PLAISIR A REVOIR, JOHN COMME TOUJOURS Y EST GRANDIOSE ET JE NE PARLE PAS DES MAGNIFIQUES PAYSAGES! VICTOR MC LAGLEN Y AJOUTE UNEN TOUCHE D'HUMOUR BIENVENUE. BREF JE LE CONSEILLE A CEUX QUI NE L'ONT PAS ENCORE VU!smileyJohn WAYNE
 
11/08/2010      partager tweet
 Avis Cinéma
Cahill

[GuruCiné]

Suivi par 863 membres
21 amis 140 avis 



suivre
note a réagi le 11/08/2010
un grand classique, une merveille de western, une pépite de mr John FORD.
  
07/12/2010      partager tweet
Avis Cinéma
jeanco

[GuruCiné]

Suivi par 866 membres
22 amis 188 avis 



suivre
note note a vu le DVD le 05/04/2010 Avis : note
je pense comme vous que ce film est l'un des meilleurs et le plus marquant dans la carrière de Wayne, c'est un grand western , le rôle que lui attribue John FORD lui va comme un gant.
Ps:quand on pose la question aux gens,connaissez vous un acteur de westerns,systématiquement la réponse est John WAYNE,ce n'est pas sans raison. cet homme n'était pas un acteur au dessus des autres,je parle de cooper ,de stewart,de kirk, mais son physique hors normes et son charisme exceptionnel ont marqués plus profondément que d'autres cette époque western .
jeanco
 
02/08/2011      partager tweet

Gerlan

[Cinéfan]

Suivi par 75 membres
1 amis 121 avis 



suivre
note note a vu le DVD le 02/08/2011 Avis : note
Après la sévère défaite de Custer à Little Big Horne, en 1876, les frontières de l'Ouest sont en effervescence. Les tribus indiennes sont sur le pied de guerre. Dans un poste isolé le capitaine Nathan Brittles (John WAYNE) est à la veille de prendre sa retraite lorsqu'il doit faire face au soulèvement des indiens. Il organise un raid audacieux, mais totalement inoffensif, vers une tribu dont le vieux chef est un ami de longue date. Le capitaine fera son possible pour qu'il n'y ait aucun affrontement meurtrier...

La vieille chanson populaire "She wore a yellow ribbon", dont le titre est celui du film, qui se traduit par "Autour du cou elle portait un ruban jaune" indiquant que le Coeur de la belle est prit. Cette couleur jaune devenant également la couleur du foulard des cavaliers. Illustrant ce propos, il y a dans le film deux jeunes lieutenants qui se disputent les faveurs de la nièce du commandant, qui arbore un ruban jaune. Lequel des deux est l'heureux élu ? Ford, une fois de plus, il l'avait déjà évoqué dans l'opus précédent, nous fait partager la vie de garnison dans des fantastiques paysages aux couleurs chatoyantes.

John WAYNE qui a 42 ans compose son personnage avec un réel talent et l'aide de Don Cash, le maquilleur, pour incarner un homme âgé proche de la retraite, c`est l`occasion pour John FORD d`évoquer, à sa manière, le début de la vieillesse et ses conséquences pour le capitaine. Les rapports humains, les sentiments, cette camaraderie inter générationnelles dans le métier des armes que Nathan va prochainement quitter, conduit le réalisateur a nous jouer un de ces airs que sa sensibilité lui souffle. Il faut dire que la magnifique photo de Winston Hoch (qui obtint un Oscar mérité) favorise cette ambiance nostalgique notamment lorsque Nathan se recueille sur la tombe de sa femme. Le décor est, n'ayons pas peur des mots, sublime, comme d'ailleurs la fabuleuse "Monument Valley" qui se profile dans pratiquement presque tous les westerns de Ford sur de très beaux panoramiques.

Les personnages chez Ford sont souvent savoureux. Ce sont le plus souvent des gens simples, ordinaires qui lui servent à faire vivre ses films, comme un peintre animant ses tableaux. Les acteurs complices, que l'on retrouvent dans la plupart des films du réalisateur, sont là pour la partie récréative, fournissant, des caricatures, l'alcoolique de service, le sergent Quicannon, et toute la "clique" des sergents braillards à la conduite discutable ainsi que les histoires de Coeur des lieutenants.

Pour ceux qui s'intéressent à John FORD, un excellent livre (2004) de Jean Collet : "John FORD, la violence et la loi", et quelques bons westerns : "Les Cheyennes", "L'Homme qui tua Liberty Valance", "Les Deux cavaliers", "Le sergent noir", "Les cavaliers", "La Prisonnière du désert", "Le Convoi des braves"...

Conclusion: Ce deuxième opus sur la trilogie de la cavalerie est le plus beau des trois sur le plan esthétique, avec des décors et une photo splendides mais aussi pour l'ambiance nostalgique avec un John WAYNE parfait comme d'ailleurs tous les acteurs. Un des meilleurs westerns du maître Ford.
 
24/07/2012      partager tweet
Avis Cinéma
michel03

[GuruCiné]

Suivi par 159 membres
17 amis 917 avis 



suivre
note note a vu à la télé le 23/07/2012 Avis : note
Ce western d'anthologie que j'ai revu pour la énième fois hier soir est pour un des meilleurs western que l'on est réalisé sur la cavalerie américaine. Même si le cinema hollywoodiens nous a donner bien d'autres chef-d'oeuvre sur ce thème.
La charge héroïque est un western ultra connu qui est intéressant pour de nombreuses raisons, son casting époustouflant, sa superbe bande-oroginale, ses décors grandioses, ses paysage magnifique et surtout car il fait partie de la célèbre trilogie de John FORD. Nous pourrions également le considéré comme une suite de La charge Fantastique avec Errol FLYNN car le film commence juste après la mort du General Custer. Remplit de scènes d'actions époustouflante ce western a la réalisation impeccable est un véritable monument du cinema et un pilier du genre westernien.
Le Technicolor fait merveille au milieu des paysages époustouflant dans lesquels se déroule le film. L'interprétation de John WAYNE est excellente. Nous constaterons que John WAYNE est dans un des plus beau rôle de sa carrière. Dans un second rôle nous retrouvons Victor McLaglen qui ajoute une pointe d'humour au film. Au cote de John WAYNE se trouve également la ravissante Joanne DRU qui elle ajoute une belle pointe de féminité au milieu du convoi de la cavalerie.
En conclusion nous pouvons que ce film mythique est entièrement construit sur les années glorieuses du western et bien évidement construit autour de l'inoubliable John WAYNE. Ce film est comme qui dirait un Must qu'il faut voir et revoir sans modération et qu'il est impossible de ne pas connaitre!!!
 
26/07/2012      partager tweet

philmurph

[Accro au ciné]

Suivi par 868 membres
2 amis 220 avis 



suivre
note note a vu le DVD le 26/07/2012 Avis : note
Là encore je rejoints pleinement michel03 pour son appréciation et j'adhère totalement aux éléments avancés.
c'est, pour moi aussi, un film que je regarde toujours avec autant de plaisir.
je regrette juste de ne pas avoir eu l'occasion de le voir sur grand écran.
Un des meilleurs rôles du Duke également.En pensant au titre original faisant référence à l'aimée qui portait un rubban jaune et attendait(avec anxiété) le retour de son cavalier, on en viendrait presque à se dire que l'ex- épouse du capitaine Nathan Brittles l'attend lorsqu'il va lui "faire son rapport".
 
17/05/2015      partager tweet
Avis Cinéma
riqueuniee

[Super CinExpert]

Suivi par 150 membres
5 amis 890 avis 



suivre
note a vu à la télé le 00/00/2013 Avis : note
Un des films, avec le Massacre de Fort Apache et Rio Grande, de la trilogie de Ford consacrée aux régiments de cavalerie.
Ici, le titre est totalement inapproprié : il n'y a aucune charge dans le film. On doit ce titre probablement au manque d'imagination des distributeurs français (on aura , pour les westerns, la Charge fantastique , la Poursuite infernale, la Chevauchée fantastique, etc...).
Pour en revenir au film, le titre original (elle portait un ruban jaune) se rapporte au personnage interprété par Joanne Dru . Il y a en effet dans ce film des éléments de comédie sentimentale (elle est courtisée par deux officiers), à côté de moments très savoureux (grâce en particulier à McLagen), de l'émotion (voir le moment où Brittles se recueille sur la tombe de sa femme et de ses filles -une scène d'ailleurs récurrente chez Ford, qui placera un moment semblable dans plusieurs films). Ford poursuit le côté pro-indien esquissé dans Fort Apache , malgré le contexte de guerre avec ceux-ci (belle scène entre Brittles et le vieux chef indien ).
Les images en Technicolor sont superbes.
 
13/03/2016      partager tweet
Avis Cinéma
pierrech

[Cinévore]

Suivi par 134 membres
212 avis 

facebook blog 


suivre
note note a vu le DVD le 13/03/2016 Avis : note
Tout à fait d'accord moi aussi avec Michel 3 qui a su nous rappeler pourquoi ce film a connu un immense succès. J'ai adoré les paysage désertiques mais impressionnants. J'ai aimé la lumière de ce film. Surtout pour les scènes de nuit. Pour 1949, la qualité de l'image est étonnante. la musique aussi. Beaucoup de choses me plaisent bien que le scénario peut apparaître pauvre. John WAYNE représente bien le héros américain, qui a un sens aigu de son devoir, qui respecte hautement les valeurs de l'armée, et qui aime aussi les gauloiseries et le whisky qui va avec. Ces cavaliers avec leur foulard jaune et leur chapeau mis (volontairement) n'importe comment, ont de la gueule. C'est une Amérique guerrière, mais surtout protectrice qu'aime John FORD. Les indiens sont assez bien traités et le héros recherche la paix avec eux. Quoi de mieux pour permettre à certains d'entre nous de glorifier cette époque. la guerre de Corée et du vietnam étaient encore loin pour nous faire changer d'idée.
 
04/11/2017      partager tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Cinéphil]

Suivi par 608 membres
4 amis 1099 avis 

facebook blog 


suivre
note note a vu le DVD le 03/11/2017 Avis : note
"La charge héroïque", il ne faut pas se le cacher, peut rebuter aujourd'hui à cause de personnages caricaturaux dans leur majorité et d'une intrigue mollassonne qui entraîne rapidement l'ennui. Pour comprendre son intérêt, il faut aller au delà de cette impression négative car si le film n'est pas spontanément passionnant, il le devient lorsqu'on l'analyse plus en profondeur.

Le titre français est un pur et simple contresens. Il annonce un film viril, guerrier, triomphant, conquérant, bref un film à la gloire des mâles blancs dominateurs à la fois racistes et macho (c'est quand même l'image dont souffre aujourd'hui le genre du western). Or il prend le contrepied de tout cela et je vais démontrer (une fois de plus) que John FORD et son alter ego à l'écran John WAYNE ne correspondent pas à l'étiquette négative qui leur colle à la peau.

Le vrai titre du film c'est "She wore a yellow ribbon". Un titre au féminin qui annonce une intrigue sentimentale dans le milieu de la cavalerie. En fait il s'agit d'une sous-intrigue assez superficielle qui parcourt tout le film sous la forme d'un triangle amoureux entre Olivia (Joanne DRU), la nièce du commandant major de la garnison et deux lieutenants épris d'elle, Cohill (John Agar) et Penell (Harry Carey Jr) qui se disputent ses faveurs. Mais ce titre a une portée bien plus large et plus intéressante que cette seule sous-intrigue.

"She wore a yellow ribbon" approfondit le portrait du capitaine joué par John WAYNE dans le premier volet de la trilogie "Le massacre de Fort Apache": un homme de terrain et un homme de paix très éloigné des poncifs entourant la masculinité des films de guerre que l'on en juge:

- C'est un "vieil homme" sur le point de prendre sa retraite (John WAYNE a été vieilli de 20 ans pour l'occasion).

- Sa dernière mission consiste à accompagner deux femmes en lieu sûr et il finit par se retrouver à la tête d'un convoi comprenant également un blessé et deux enfants.

- Soucieux d'empêcher les effusions de sang, il fait des détours pour éviter les indiens à qui il donne le temps d'attaquer la garnison où ils doivent se rendre, provoquant l'échec de sa mission.

- Il ne peut se résoudre à prendre sa retraite sans avoir tenté d'empêcher la guerre entre le fort qu'il commande et les indiens. Après avoir rencontré un vieux chef tout aussi pacifiste et impuissant que lui, il imagine un raid qui désarmera les indiens en ne coûtant la vie de personne (magnifique scène des chevaux libérés qui en galopant s'interposent entre les fusils et les hommes).

- Lorsqu'il n'est pas en mission, on le voit se recueillir sur la tombe de sa femme et de ses filles ou longuement contempler leurs portraits avec une émotion palpable. Et lorsque son régiment lui offre une montre pour son départ à la retraite, il est ému aux larmes.

- L'évitement des affrontements en dépit d'un contexte de violence omniprésent (les indiens spoliés veulent récupérer leurs terres et se livrent pour cela à des exactions) rend le film profondément méditatif et contemplatif. Ford en fait une véritable œuvre picturale animée où chaque plan en technicolor du paysage de Monument Valley (de près, de loin, de jour, de nuit, sous le soleil au zénith, sous le soleil couchant, sous l'orage etc.) est à tomber par terre de beauté.
 
06/02/2018      partager tweet
Avis Cinéma
jamesbond

[Maitre Ciné]

Suivi par 858 membres
24 amis 2791 avis 

blog 


suivre
note note a vu le DVD le 06/02/2018 Avis : note
Probablement, l'un des plus beaux westerns Technicolor, et l'un des meilleurs des années quarante, voire tout court...
Je ne vois pas trop ce que je peux raconter de plus, car tout à été mis sur cette page par nos ami(e)s écrite par des belles plumes: et très bien expliqué sur l'un des chefs-d'œuvre de la trilogie Cavalerie signé par John FORD, le grand maître du western.
 
18/02/2019      partager tweet
Avis Cinéma
Djayesse

[Cinéphil]

Suivi par 94 membres
988 avis 

facebook blog 


suivre
note note a vu le film le 18/02/2019 Avis : note
1876.
Custer vient de tomber à Little Big Horn. C’est un coup dur pour l’armée des Etats-Unis, et en particulier pour les hommes du 7ème de cavalerie commandés par le capitaine Brittles (John WAYNE) à qui il reste moins d’une semaine avant la retraite (fort méritée bien sûr).
Mais les troublés générés par la défaite a mis les Indiens en effervescence, et le commandant Allshard (George O BRIEN) envoie Brittles accompagner à la diligence les femmes du fort : sa femme Abby (Mildred NATWICK) et sa nièce Olivia Daindridge (Joanne DRU).
Cette dernière, pendant tout le trajet porte un ruban jaune (1) dans ses cheveux, signe qu’elle est amoureuse d’un des hommes : le premier lieutenant Cohill (John AGAR), ou le second lieutenant Pennell (Harry CAREY Jr.) ?

Il s’agit ici du second volet de la trilogie que John FORD accorde à la cavalerie américaine (US Cavalry), situé entre Le Massacre de Fort Apache (1948) et Rio Grande (1950).
Après la déroute militaire du précédent film, Ford redore un peu le blason de ce corps d’armée, s’appuyant sur John Wayne et quelques habitués du cinéma de Ford : outre les acteurs déjà cités, on retrouve Arthur SHIELDS (le docteur), Francis FORD (le barman) et Victor McLAGLEN (Quincannon), sans oublier le fidèle Jack PENNICK qui n’apparaît que dans la scène finale. Il ne manque que Ward BOND !

Pour le reste, on retrouve les éléments chers au réalisateur : l’Amérique qui se construit, un microcosme peuplé de personnages de caractère, la famille et bien sûr une bonne bagarre. Le tout au milieu de Monument Valley. Bref, du grandiose !
Et fait de charge héroïque, on pouvait s’attendre à du plus spectaculaire. En effet, la seule charge à laquelle nous assistons – à la fin, apothéose d’une certaine façon de la carrière de Brittles – ne comporte aucun mort ni le moindre blessé, ce qui semble tout de même étonnant quand on se souvient du sort de Custer. On aurait pu imaginer une expédition punitive, histoire de venger les morts de Little Big Horn.
Mais si cette charge est héroïque, c’est surtout parce qu’à aucun moment, on ne voit un Indien tué. La dernière charge de Brittles est avant tout une magnifique manœuvre pacifiste : il est parfois des gestes plus héroïques que de mourir à la guerre.
De plus, l’échange qui se tient peu avant cette charge voit Brittles parlementer avec Poney That Walks (Chief John Big TREE, autre familier des films de Ford et autres westerns) : ce sont deux amis qui s’aiment et qui déplorent la guerre à venir. D’une certaine façon, Brittles reste fidèle à son mai, évitant un bain de sang inutile (2).

Si la cavalerie est avant tout un milieu d’hommes, encore une fois Ford y greffe des femmes au caractère bien trempé : la jeune Olivia n’est pas une frêle jeune fille, comme on pouvait s’en douter (on est chez Ford, je rappelle), la plus forte reste tout de même Abby, la femme du commandant du camp. Et Mildred Natwick, qu’on avait aperçue dans Three godfathers (1948), revient avec panache, menant le sergent Quincannon vers la prison militaire sans une protestation, lui qui vient d’en découdre avec sept soldats qui n’ont pas pu l’arrêter. C’est d’ailleurs une (autre) belle bagarre que nous propose là Ford : Victor McLaglen s’en donnant à cœur joie avec Francis Ford, buvant et frappant sans retenue. Bref, on est en plein territoire (avec deux R) connu et on s’y sent bien.

Et puis il y a John Wayne, un peu différent des autres rôles qu’on lui connaît. C’est tout d’abord un homme seul et triste : sa femme l’a quitté près de 10 ans plus tôt, et il ne peut s’empêcher d’aller lui parler régulièrement, au cimetière du fort.
C’est aussi un homme qui a vieilli, comme le soulignent se cheveux blancs (3), et sa gêne quand il sort ses lunettes pour lire.
Il termine son service – 40 ans annonce-t-il – et a beaucoup de mal à l’accepter. Lors de ses adieux officiels, on sent une émotion dans l’attitude et la voix du Duke.

Un grand western qui démontre encore une fois l’admiration qu’avait John Ford pour ce corps d’armée, glorifiant aussi ces soldats qui furent ennemis à un moment de leur carrière (Guerre de Sécession), mais qui ont surmonté leurs antagonismes pour faire de ce pays un grand et beau pays : l’un d’eux est enterré avec le drapeau de la Confédération ; Tyree (Ben JOHNSON) mentionne Lee sur le plan que Sheridan, Sherman et Grant…
Mais tous ont cette même fierté d’appartenir à ce glorieux 7ème.

Une dernière chose encore : la musique de Richard HAGEMAN, sur la base de la chanson traditionnelle du XVIIème siècle, égrène aussi quelques classiques du folklore américain comme the Battle Hymn of the Republic et bien sûr l’incontournable Garryowen, hymne du 7ème de Cavalerie.


(1) D’où le titre original : « elle portait un ruban jaune. »
(2) En existe-t-il des utiles ?
(3) John Wayne a alors 42 ans quand le film sort.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma