Le Poison
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
1

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinémaAgenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   
Le Poison

Le Poison

 

Réalisé par
en 1945

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Récompenses (15) Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

16/06/2015      tweet

Amine

[CinExpert]

Suivi par 134 membres
4 amis 674 avis 



a vu à la télé le 16/06/2015 Avis :

Voilà en fin de compte, un bon film sur l’alcoolisme qui n’a pas trop prit de la bouteille, surtout que Ray MILLAND ici, atteint un niveau d’interprétation, qui est loin d’être de la petite bière, on peut même dire qu’il atteint un degré de qualité supérieur. Un bon cru certes, mais si je reste perplexe tout même quand à la fin…Car même si il est vrai, que le rêve américain est devenu une réalité pour certains, pour beaucoup d’autres, il est loin d’être divin .
 
22/11/2015      tweet
Avis Cinéma
FREDCLOCLO

[GuruCiné]

Suivi par 769 membres
23 amis 1005 avis 



a vu à la télé le 22/11/2015 Avis :

Un film terrible sur la lente descente aux enfers que connait un alcoolique avec l'excellent Ray MILLAND et la douce Jane WYMANqui essaye tant bien que mal de lui venir en aide dans cette abominable auto-destruction.
 
03/10/2016      tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Accro au ciné]

Suivi par 495 membres
4 amis 896 avis 

 


a vu le DVD le 02/10/2016 Avis :

Lorsque le 4° film de Billy Wilder sort sur les écrans il marque une petite révolution. C'est en effet la première fois qu'un film hollywoodien traite frontalement de l'alcoolisme. La descente aux enfers de Don Birnam, un écrivain raté vivant aux crochets de son frère est impressionnante de réalisme avec un Ray Milland particulièrement habité. Son addiction est disséquée dans des séquences à la mise en scène inventive. La figure du cercle vicieux apparaît dès la première image de beuverie et devient celle du film. La fin, un happy end en trompe-l'œil reprend exactement les images du début comme un éternel recommencement. Son obsession pour l'alcool devient celle de la caméra qui lors d'une scène d'opéra fixe verres et bouteilles bien remplis avant que le souvenir de la bouteille qui est dans la poche de son imper laissé au vestiaire n'envahisse tout l'espace. Nous voyons et ressentons l'avilissement et la rage de cet homme présenté comme foncièrement faible et lâche. Il ment, manipule, mendie, vole, menace, agresse, casse tout pour s'enfuir des lieux où on l'enferme, obtenir de l'argent ou directement de l'alcool. La scène où en pleine crise de manque il se traîne en vain d'un prêteur sur gages à l'autre pour mettre sa machine à écrire au clou est très forte.

Dommage néanmoins que les seconds rôles ne soient pas à la hauteur. Son frère et sa fiancée, deux saint-bernards très lisses font de la figuration. D'autre part certains effets visuels sont ratés. Je pense en particulier aux hallucinations de sa crise de delirium tremens. La souris qui fait une crevasse dans le mur passe encore (on est pas loin de Répulsion de Polanski) mais le mobile en forme de chauve-souris non!
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+