Les Animaux fantastiques: Les Crimes de Grindelwald
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
1

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
11
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
10
Vod et streamingConcours et jeux
2
Créer mon compte / Me connecter   EN 
search
Les Animaux fantastiques: Les Crimes de Grindelwald

Les Animaux fantastiques: Les Crimes de Grindelwaldnote

 

Réalisé par
en 2018

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

post14/11/2018      partager tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Cinéphil]

Suivi par 576 membres
4 amis 1034 avis 

facebook blog 


suivre
note a vu le film au cinéma le 14/11/2018 Avis : note

Après un premier volet d'exposition que j'ai trouvé réussi, j'ai été très déçue par ce deuxième film. Celui-ci pèche en effet à mes yeux sur deux points cruciaux:

-Un scénario trop chargé, trop compliqué qui vire rapidement à l'accumulation inutile. Il y a tant de personnages, de lieux, d'actions, de débauche d'effets spéciaux dans ce film que tout est survolé en vitesse sans que rien ne soit approfondi. Là où le premier opus se concentrait sur quatre personnages et leurs relations, prenait le temps de les situer personnellement et professionnellement, le deuxième se disperse tellement qu'il les désagrège. Seul Norbert Dragonneau (Eddie REDMAYNE) sort à peu près intact de cette bouillie indigeste. Sa personnalité originale ressort à plusieurs reprises et le film met également en lumière son lien étroit avec Dumbledore (joué par un Jude LAW à qui le rôle va comme un gant). Mais les trois autres ne font que de la figuration. Jacob (Dan FOGLER) et Queenie (Alison Sudol) sont particulièrement malmenés. Le premier ne sert à rien et se contente d'assister passivement aux événements, les bras ballants et la bouche ouverte de surprise la plupart du temps. La seconde trahit la cause sans que l'on comprenne pourquoi (à moins qu'elle ne soit complètement idiote?), d'ailleurs le scénario a oublié au passage qu'elle avait une sœur. Quant aux nouveaux personnages, ils sont inexistants.

-Une absence de relief qui se traduit par une monotonie de ton tout au long du film. Celui-ci se veut très sombre mais l'uniformité n'a jamais réussi à Steve KLOVES (le scénariste) et David YATES (le réalisateur). Dans le premier volet, "Les animaux fantastiques" (2016) tout comme dans le sixième film de la saga Harry Potter ils alternaient avec davantage de bonheur la légèreté et le drame. Dans cet opus, on est davantage dans l'esprit des deux films sur les Reliques de la mort: de l'action, de sombres révélations, des drames et de l'ennui, beaucoup d'ennui. Car sans un minimum de chaleur humaine, aucune émotion n'est possible. Les sermons et les actes criminels de Grindelwald (Johnny DEPP qui fait du Johnny DEPP) ne sont pas terrifiants ils sont juste barbants.
 
post18/11/2018      partager tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 153 membres
14 amis 2156 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 18/11/2018 Avis : note

« Les crimes de Grindelwald » est le deuxième volet de la nouvelle Saga de J.K Rowling « Les animaux fantastiques » et c’est un spin-off de Harry Potter, l’auteure qui est parti un certain temps dans le polar revient à ses premières amours : les histoires de sorciers.
Gellert Grindelwald est emprisonné dans une cellule de haute sécurité en Amérique et son transfert en Europe où il doit être jugé est prévu, il va de soi que le transfert d’un sorcier aussi dangereux que lui est hautement sécurisé, cela va être fait dans une diligence volante avec plusieurs gardes juchés sur des balais, mais le bandit va bénéficier d’une complicité car le bougre a des partisans et il va réussir a fausser compagnie aux personnes qui l’accompagnent dans une évasion assez spectaculaire et il va aller se réfugier dans la capitale française. Norbert Dragonneau est au ministère de la magie à Londres, il a été convoqué et il attend en jouant avec Pickett, un petit Botruc qui est en fait une espèce de brindille vivante que Norbert traine toujours dans sa poche de veste. On vient le chercher, son frère Theseus est un auror, c’est à dire membre d’une unité d’élite chargé de pister les mages noirs. On signifie à Norbert son interdiction de voyager qui est punitive, sauf s’il accepte de participer à la recherche et l’arrestation de Grindelwald qui s’est échappé de prison, mais Norbert décline l’invitation, il n’est pas auror et ce n’est pas son job. En partant du ministère, il va être contacté par Albus Dumbledore qui va lui faire la même proposition, cela intrigue Norbert car le directeur de Poudlard et certainement le meilleur sorcier capable de venir à bout de cette mission, mais Dumbledore ne peut pas ...
C’est encore une histoire fantastique qui se passe à la fin des années 20 et bien avant les aventures du jeune Harry Potter, par contre on va retrouver les professeurs de l’ancienne saga nettement plus jeunes à commencer par Albus Dumbledore. Le sujet est de retrouver le mage noir Grindelwald qui veut remodeler le monde des sorciers en valorisant les sangs purs, des sorciers qui n’ont pas de descendance moldu et justement tenir les non-sorciers, les moldus, dans des rôles subalternes. Dans l’histoire intervient aussi un individu nommé Croyance qui est à la recherche de son identité. Il va de soi qu’on en prend plein les yeux, les effets spéciaux sont hallucinants et on va aussi ajouter une pointe d’humour avec Norbert le personnage principal qui a plus d’un tour dans son sac et Jacob Kowalski, un moldu qui s’est intégré dans l’équipe de recherche chargé d’arrêter Grindelwald. On prend les mêmes acteurs qui ont déjà pris le pli et tout laisse supposer qu’il y aura une suite. C’est moins puissant que la saga d’origine et on s’était attaché au jeune sorcier et à ses amis, mais ça se laisse bien suivre aussi, le film peut se voir aussi en 3D, mais c’est plus cher.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
post20/11/2018      partager tweet

allobroge

[Spectateur]

Suivi par 3 membres
14 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 17/11/2018 Avis : note

Bon film de fantastique effets spéciaux superbe. Dommage pour certaines incohérences du scénario.
 
post22/11/2018      partager tweet
Avis Cinéma
xilefz

[Guru Expert]

Suivi par 818 membres
68 amis 2299 avis 

facebook youtube twitter insta google+ tumblr blog 


suivre
note a vu le film au cinéma en 3D le 21/11/2018 Avis : note

Une bonne suite au premier avec de bonne référence à la mythique saga rempli d'action mais sans plus on passe un agréable moment mais le film aurait pu etre plus stupéfiant et le coté homosexuel de Dumbledore est bien sous-entendu

vu au Cinéma Cartier
 
post05/12/2018      partager tweet
Avis Cinéma
Djayesse

[Cinéphil]

Suivi par 94 membres
928 avis 

facebook blog 


suivre
note a vu le film au cinéma le 24/11/2018 Avis : note

Newt Scamander (Eddie REDMAYNE) est de retour !
Mais avec lui, c’est aussi Gellert Grindelwald (Johnny DEPP, méconnaissable) qui revient, et surtout qui s’échappe.
Le ministère de la magie aimerait bien que le grand Albus Dumbledore (Jude LAW, impeccable comme d’habitude) se charge de ce personnage déplaisant.
Mais Albus ne le souhaite pas (1).
Pourtant, il faudra bien que quelqu’un se décide à l’arrêter.

Après Newt à New York, voici donc Newt à Paris. Nous sommes toujours dans les années 1920s, et notre héros est toujours en quête d’animaux fabuleux. Mais l’intrigue (noire) concernant Grindelwald prend le pas sur les merveilleuses créatures. Il y en a, certes, mais elles ne sont plus le centre de l’attention.
Et c’est peut-être pour ça que j’ai trouvé cet épisode un tantinet au-dessous du précédent.
En effet, le merveilleux qui entourait l’intrigue dans le film précédent a laissé à une noirceur terrible.
Les effets spéciaux sont toujours au rendez-vous, toujours aussi impressionnants, mais ça ne fonctionne pas aussi bien.
En fait, il me semble qu’il manque le décalage entre le monde des sorciers et le monde réel. Nous sommes quasiment tout le temps dans le premier, même si le cadre parisien de l’entre deux guerres est très bien rendu.

Il faut dire que d’une façon générale, les décors autres éléments reconstitués (costumes, coiffures…) sont fort réalistes. Sans parler des (rares) créatures toujours fantastiques qui détendent parfois l’atmosphère et relâchent la tension sans cesse montante du film.
Avec ce film, c’est la possibilité pour les fans de la saga HP de retrouver un lieu enchanteur fort apprécié : l’école de Hogwarts. On y devine plus qu’on ne la voit le professeur McGonagall (Fiona GLASCOTT), mais surtout on y suit Dumbledore dans son cours de Défense contre les Forces du Mal. On y reconnaît une séance qui eut lieu avec Harry et le professeur Lupin dans le toujours magnifique Harry Potter et le prisonnier d Azkaban (2004).
On y voit aussi la jeune Leta Lestrange (Thea Lamb) qui a fréquenté Hogwarts en même temps que Newt, et qui était fort turbulente.

Mais Leta a grandi (Zoë KRAVITZ), mais elle aime toujours Newt qui lui, retrouve – pour son plus grand bonheur – l’auror Tina Goldstein (Katherine WATERSTON).
Sans oublier le « moldu » de service : Jacob Kowalski (Dan FOGLER), pour qui le monde de la magie est tout à fait acceptable, depuis qu’il a rencontré Queenie (Alison Sudol), la sœur de Tina (2).
D’une manière générale (et avant le final époustouflant), Jacob a conservé son rôle comique et pas toujours en phase avec le monde de la magie. Mais c’est justement ce côté décalé qui donnait le sel du film précédent et qui ici a beaucoup été mis de côté, donnant un résultat peut-être trop sérieux par rapport aux autres films de l’univers de J.K. ROWLING.
Certes, cette dernière a écrit le scénario, et l’intrigue complexe est toujours pertinente. Mais malgré tout, je pense qu’on perd un peu de la fraîcheur de la saga originelle.

De plus, la séquence d’ouverture qui, si elle est encore une fois très impressionnante, émousse l’intérêt : le spectateur n’a pas véritablement le temps de rentrer dans le film. Très vite l’évasion se met en place dans un ciel sombre qui ne permet pas de bien distinguer tout ce qu’il se passe, le tout dans un montage très trop rapide.
C’est une fois que Grindelwald a disparu que le film s’installe et que le spectateur peut enfin prendre ses marques.

Pour le reste, nous avons plusieurs fois la possibilité d’apprécier les clins d’œil à la série originale : certains noms éveillent en nous des souvenirs et la présence de Dumbledore est un véritable enchantement (3), beaucoup de ses interventions possèdent la même malice qu’on lui connaît dans la saga HP.
Par contre, la présence de Nicolas Flamel (Brontis JODOROWSKY) ne m’a pas vraiment convaincu : son utilité est bien relative, sinon nous ramener au tout premier épisode de Harry Potter (livre et film).


(1) On apprend pourquoi, bien que les fans de la série Harry Potter le savaient déjà, le lien entre les deux hommes y est évoqué.
(2) Voir épisode précédent.
(3) c’est le cas de le dire !
 
post08/12/2018      partager tweet
Avis Cinéma
Galate

[Cinéfan]

Suivi par 107 membres
53 avis 

 


suivre
note note a vu le film au cinéma le 07/12/2018 Avis : note

L'arnaque de l'année. Le titre du film est "les crimes de Grindelwald" et qu'avons nous vu sur ses crimes ? Rien. Je pensais qu'il allait retracer l'histoire de ce personnage et ses relations avec Dumbledore mais non. Au bous de 2 heures, on a surtout vu les histoires de Norbert et ses comparses. Sans parler de l'apparition de Nicolas Flamel, comme un cheveu sur la soupe et surtout sans intérêt pour l'intrigue. Résultat, trop d'histoires à la fois et un scénario incohérent. Est-ce qu'une fois dans sa vie, Peter Yates va se pencher sur l'histoire des personnages qu'il met en scène? L'histoire de Grindelwald est pratiquement fausse. Et je ne parlerais pas de cette annonce de fin de film (concernant Dumbledore), que je ne spoilerais pas et qui m'a achevée !Bref, une bonne grosse daube.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma