Les Créatures
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
1

L'encyclopédie du cinéma

1
Créer mon compte / Me connecter   
search
Les Créatures

Les Créaturesnote

 

Réalisé par
en 1966

Donnez votre note
Film, images, jaquettes News Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

10/07/2019      partager tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Cinéphil]

Suivi par 656 membres
5 amis 1219 avis 

facebook blog 


suivre
note a vu le DVD le 08/07/2019 Avis : note
"Les Créatures" est l'un des films les plus expérimentaux et les plus méconnus de Agnès VARDA, proche par certains aspects (l'utilisation d'écrans de couleur, la critique sous-jacente des effets délétères du patriarcat) de son précédent opus "Le Bonheur" (1965). Il fait beaucoup penser à deux films alors encore à venir de Alain RESNAIS "Je t'aime, je t'aime" (1967) pour l'utilisation (ici fantasmée par le biais de l'écriture) d'une technologie intrusive sur les cerveaux humains et pour un montage fantasque épousant la psyché humaine et "L'Amour à mort" (1984) pour l'utilisation de la musique contemporaine et l'alternance de plans côté pile et de plans côté face. Agnès VARDA s'est beaucoup inspiré du docteur Mabuse de Fritz LANG et de la partie d'échecs du "Le Septième sceau" (1956) de Ingmar BERGMAN tout en taclant ses petits camarades (tous masculins) de la Nouvelle vague.

Sur le plan de l'histoire, "Les Créatures" ne montre pas une société progressiste, bien au contraire, la manière dont il dépeint les relations humaines (hommes-femmes notamment) est la plus inquiétante qui soit. Agnès VARDA adopte le point de vue de l'écrivain Edgard Piccoli (alias Michel PICCOLI) qui a une vision paranoïaque du monde. Il vit retranché dans un fort comme s'il était assiégé et prête aux gens qu'il croise durant son séjour sur l'île de Noirmoutier des vies et des intentions (couchées ensuite sur papier) qui sont systématiquement négatives. Comme le dit Le Monde " Les amoureux se querellent, presque tous les couples se défont, les petites filles sont sournoises, les mœurs bizarres et les gens vulgaires, frivoles, vindicatifs, aigris, menteurs, violents, méchants." La seule personne qui échappe à cette misanthropie est sa femme Mylène (Catherine DENEUVE) qui par contraste est un ange de pureté et pour cause! Elle vit cloîtrée dans leur forteresse, elle est muette (voire invalide au vu du nombre de fois où son mari la porte) et passe l'essentiel de son temps à attendre la naissance de leur enfant, habillée et coiffée comme une poupée. Bref la femme-objet idéale sur laquelle l'homme peut projeter ses fantasmes de domination totalitaire (fantasmes qui s'incarnent dans le personnage du savant fou qui contrôle à l'aide d'une machine ses "créatures", mot qui donne son titre au film). D'ailleurs le seul moment où Mylène manifeste une quelconque volonté propre, c'est au début, quand elle a encore sa voix. Elle demande à Edgar de rouler moins vite. Evidemment il ne l'écoute pas (cela constituerait une limite à sa liberté, le pauvre chéri) et c'est l'accident. C'est pourquoi j'ai pensé durant tout le film que Mylène était en fait morte et qu'elle n'existait que dans l'imagination de son mari qui pouvait ainsi la plier à tous ses désirs. Comme dans "Le Bonheur" (1965), il faut donc un certain travail de réflexion pour percevoir ce qu'il y a de profondément féminicide dans leur couple. Le gigantesque crabe qui se dresse plusieurs fois entre eux le laisse parfaitement deviner.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma