Tempête sous la mer
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
L'encyclopédie du cinéma

1
Créer mon compte / Me connecter   
search
Tempête sous la mer

Tempête sous la mernote

 

Réalisé par
en 1953

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

08/07/2019      partager tweet

Roegiest

[Cinéfan]

Suivi par 44 membres
237 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 00/00/1953 Avis : note
« Beneath the 12-Mile Reef » est le troisième film tourné en Cinémascope, après « How to Marry a Millionaire » et « The Robe ».

C’est l’un de ces films d’aventures comme on n’en fait plus, avec un déroulement conventionnel et une histoire dans l’air du temps des années 1950 où l’exotisme fonctionnait à plein régime.

Ici, on accompagne les pêcheurs d’éponges des côtes de Floride. Un antagonisme féroce règne entre deux familles qui se battent pour la suprématie d’une zone de plongée « à 12 miles sous les récifs », comme l’annonce le titre original. D’un côté il y a les Grecs, de l’autre les Irlandais. Pour supplanter le clan adverse, les uns et les autres sont amenés à prendre de plus en plus de risques au mépris du danger qui les guette dans les profondeurs des mers. Sur ce canevas, vient se greffer une amourette où le jeune Grec est amoureux de la jeune Irlandaise du clan opposé.

Pour étoffer son écurie de têtes d’affiches, avec ce film la Twentieth Century-Fox a donné l’occasion à Robert Wagner et Terry Moore de jouer les rôles principaux après une poignée de films où ils jouaient les utilités. Ils donnent à leurs personnages une sacrée pêche par leur interprétation débordante d’énergie ! Ils sont accompagnés par de vieux routards de la pellicule comme Gilbert Roland en vieux plongeur macho, bagarreur et intrépide. Il y a aussi J. Carrol Naish le perpétuel abonné aux seconds rôles qui ne passent pas inaperçus et Richard Boone fraîchement débarqué de «La Tunique»...

La réalisation de Robert B. Webb est solidement charpentée, se partageant en parts égales entre l’aventure et le drame. La part belle est donnée aux scènes sous-marines qui sont un peu trop longues, mais qui sont là pour montrer la beauté des images sur l’écran large du Cinémascope, « The modern miracle you see without glasses », comme l’annonçaient les publicités à l’époque.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma