Un Amour Impossible
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
L'encyclopédie du cinéma

Mon cinémaAgenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
Un Amour Impossible

Un Amour Impossible

 

Réalisé par
en 2018

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

09/11/2018      tweet

carre 63

[Cinévore]

Suivi par 406 membres
334 avis 

 


a vu le film au cinéma le 09/11/2018 Avis :

Catherine CORSINI avec ce dixième film adapte le livre de Christine ANGOT.Sur des sujets difficiles, un amour contrarié par la perversité et l'emprise d'un amant (Nils SCHNEIDER impeccable entre prédateur au charme irrésistible), la reconnaissance d'un enfant, la différence sociale ou le plus glauque l'inceste, CORSINI nous offre un film remarquable ou elle retrace la vie de Rachel (Virginie EFIRA d'une grande justesse) qui malgré les difficultés, l’incompréhension, les séparations douloureuses reste debout avec courage et dignité. Sans sombrer une seule fois dans la sensiblerie, son film superbement mené, est bouleversant et mérite vraiment d'être vu.
Seul petit bémol, une fin un peu trop explicative et psychologique qui n'apporte peu au récit. A voir !
 
13/11/2018      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 150 membres
14 amis 2122 avis 



a vu le film au cinéma le 12/11/2018 Avis :

Le film a été présenté en avant-premières au Festival du film francophone d’Angoulême 2018. Il est l’adaptation du roman de Christine Angot. Tout laisse penser qu’il est autobiographique.
Nous somme à la fin des années cinquante à Châteauroux, Rachel travaille comme dactylo à la CPAM dans un bureau impersonnel où tous les employés sont rassemblés dans le même local bruyant, c’est sa fille, Chantal pas encore née qui raconte l’histoire. Le père de Rachel a quitté le domicile conjugal depuis fort longtemps. La jeune femme vit donc de façon modeste et sa sœur se marie alors que elle même reste célibataire. Elle va toutefois rencontrer Philippe, ce dernier est fils de bourgeois, il est traducteur et c’est son premier emploi à Châteauroux et il n’a pas l’intention de rester dans cette ville. Une liaison va s’établir entre Rachel et Philippe, la jeune femme est très amoureuse, mais lui refuse de se marier, dit à demi mot, il semble que c’est à cause de la modeste condition sociale de Rachel. Un jour c’est le départ de Philippe et lors de cette dernière soirée ils feront l’amour sans les précautions d’usage, bien que le jeune homme l’avait clairement signalé à Rachel et que cette dernière ait accepté. Ce qui devait arriver arriva, la jeune femme est enceinte et va naitre une fille Chantal qui en est la narratrice de l’histoire, depuis Rachel l’avait signalé à Philippe, mais depuis aucune nouvelle, Elle va pourtant se déplacer à Paris pour voir le père de son ex-amant et simplement lui donner une lettre pour que celui-ci la remette à Philippe ...
Même si l’histoire sort de l’ordinaire et raconte une histoire étonnante, on a du mal à ne pas prendre position. On ne va pas raconter ce qui se passe, alors que les différents résumés et synopsis ne se gêne pas pour le faire. Ce qui est étonnant et pire que tout ce n’est pas le fait que l’amant de Rachel ne désire épouser une femme qui ne soit pas de sa condition et refuse dans un premier temps à ne pas reconnaitre l’enfant, mais qu’il soit persuadé de son bon droit et que cela ne puisse se discuter, d’ailleurs il cite beaucoup de lieux communs comme son étonnement que le père de Rachel soit juif et sans fortune et aussi que le fait d’épouser une allemande, car il le fait vraiment, apporte du bien être et de la stabilité. On ne comprend pas aussi très bien la réaction de Chantal, la fille, qui reste très complice de son père biologique qui a l’air même de l’aduler et d’en avoir une admiration paroxystique et de rester dans son silence. C’est d’ailleurs le propre de personnes manquant de culture que de chercher le coupable là ou il n’est pas et on peut constater que le père a déteint sur la fille caractériellement parlant. Le discours philosophique à la fin du film sur les tenants et les aboutissants est vraiment une masturbation intellectuelle très douteuse et peu convaincante. C’est certainement ce qui a rendu l’auteure très acariâtre, intolérante et perdant souvent ses inhibitions, c’est dans le genre je suis infréquentable mais j’ai eu une enfance malheureuse. Bien sûr elle est souvent employée comme polémiste dans certaines émissions de télé, mais elle fait plus figure du vilain canard qui peut valoriser une transmission télé et d’ailleurs Laurent Ruquier qui l’emploie est coutumier du fait. Que dire de plus sinon de passer son chemin en plus c’est très long et ennuyeux.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+