Films Cinéma et TV sur notreCinema
L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
1
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
search

Lexique du cinéma (C)

par FREDCLOCLO

(*) L'astérisque signifie que la définition du mot est sur la même page.
Un mot en bleu est un lien hypertexte vers une autre page et donc pas vers un autre mot !

C

CABINE

Local où se trouve placés les appareils qui projettent les films dans les sallles de cinéma. Il existe des règles extrèmement strictes concernant les cabines de projection : insonorisation, résistance au feu, possibilité de communiquer avec l'extérieur, non-communication avec la salle. Dans la plupart des cabines, la projection est aujourd'hui automatique, depuis la mise en marche du projecteur jusqu'à l'allumage de la salle, en passant par l'envoi éventuel de musique. Il y a dans chaque cabine au moins deux appareils de projection, une enrouleuse, une colleuse, des seaux de sable et d'eau en cas d'incendie. Le cadre ouvert dans le mur qui sépare la cabine de la salle où est projeté le film s'appelle une fenêtre.

CACHE

Trucage utilisé soit à la prise de vues, soit au laboratoire. Il permet de cacher une partie de la pellicule afin de faire disparaître une partie de l'image. Il existe le principe du contre-cache qui permet par exemple de doubler un acteur : un homme parle à son frère jumeau dans le même plan. Ce trucage est fait à la fois au tournage et au laboratoire. Il demande une grande fixité de caméra* et le même décor pour chaque personnage. On tourne en mettant d'abord un cache sur la partie droite de l'image et en impressionnant la partie gauche. On remonte la pellicule. Puis on met un cache sur la partie gauche et on tourne la partie droite.

CACHET

Mode de paiement par lequel un comédien est payé à la journée de tournage et non au forfait, c'est à dire pour la totalité d'un tournage. "Courir le cachet" : expression signifiant la recherche incessante de petits rôles.

CADRAGE

Action de cadrer un plan; limites dans lesquelles se trouvent le champ* de la caméra* lorsque l'emplacement de cette dernière ainsi que le choix de l'objectif ont été décidés. Le cadrage est l'un des éléments essentiels de la mise en scène. Il est fonction du point de vue du metteur en scène, des objets et personnages qu'il désire voir dans l'image, des plans déjà tournés et ceux qui vont l'être, enfin de la conception du montage.

CAMEO

Le caméo (francisation du terme anglophone cameo appearance, apparu en 1851 dans le monde du théâtre) est avant tout un clin d'œil, c'est pourquoi il n'est généralement pas crédité. Il est bref et souvent anecdotique, car il n'influe généralement pas sur le cours de l'histoire. Il peut être ouvertement montré, ou bien décelable par les seuls spectateurs avertis. Le caméo au cinéma se démarque de la "participation exceptionnelle" à l'affiche des films français, qui relève du rôle parlant, ce qui n'est pas nécessairement le cas pour un caméo. Il diffère également de la notion de guest star qui consiste à faire participer une personne connue dans un ou plusieurs épisodes d'une série télévisée.  

CAMERA

Appareil permettant la prise de vues cinématographique. Le mot caméra provient de l'italien camera oscura : chambre noire. Le principe de la caméra, c'est à dire celui de l'enregistrement et de la reproduction des images, existe depuis le Moyen Age. Aujourd'hui, la pellicule défile le long d'un couloir percé d'une ouverture appelée fenêtre. Un mécanisme d'entraînement met en mouvement la pellicule que les griffes et contre-griffes déplacent et immobilisent pendant l'exposition. Un obturateur laisse passer la lumière uniquement pendant l'immobilisation du film.Devant l'obturateur est placé l'objectif, qui est l'élément optique de la caméra. Au temps du cinéma muet, le défilement de la pellicule était de 16 images par seconde. Il est aujourd'hui de 24 images. La dimension d'une caméra est fonction de la contenance en pellicule (30, 60, 120 ou 300 m). Toutes les caméras professionnelles fonctionnent avec un moteur électrique sur courant continu (avec une batterie), et à une vitesse pouvant aller de 4 à 50 images seconde. On utilise dans la plupart des cas des moteurs régulés par quartz, c'est à dire ne nécessitant pas de fil reliant le magnétophone à la caméra. Le synchronisme est alors parfait. Qui dit caméra dit viseur : le but est de faire correspondre le champ du viseur avec celui d'un objectif donné. La parallaxe, surtout importante pour les gros plans, doit être éliminée.

CARTON

Texte écrit inséré dans un film entre deux images. Le carton ajoute des informations à l'action ou l'explique. Dans le film muet, le carton indique le nom des personnages, leurs rapports familiaux ou sociaux, et il présente les dialogues : on l'appelle alors intertitre. Les éléments du générique mentionnant le titre du film et les noms des collaborateurs sont aussi des cartons.

CASTING

Terme d'origine anglo-saxonne désignant l'ensemble des acteurs d'un film. Plus précisément, le casting est l'action qui consiste à rechercher les acteurs et à les présenter au metteur en scène pour l'obtention de petits rôles. Aux Etats-Unis, c'est le casting-director qui se charge de ce travail. En France, les casting-directors sont rares. Les acteurs pour les petits rôles sont trouvés par le premier assistant, et les figurants par les régisseurs.

CASTING SOCIETY OF AMERICA (CSA)

La CSA est une société professionnelle non syndicale, fondée en 1982 et regroupant des directeurs de casting pour le cinéma, la télévision et le théâtre. Plus de 350 membres y adhèrent, non seulement aux États-Unis, mais également au Canada, en Angleterre, en Australie et en Italie.

CATCH-UP TV

Voir la définition de Replay TV

CELLULOS (ou "CELLS")

Se dit des feuilles de Celluloïd sur lesquelles sont reportées des dessins entrant dans la réalisation des dessins animés. On utilise plusieurs cellulos superposés pour la réalisation d'une seule scène. Chaque cellulo représente un élément de la scène : le premier le décor, le deuxième un personnage, le troisième le mouvement de ce personnage, jusqu'à utilisation de tous les éléments de la scène. Les cellulos sont déplacés les uns par rapport aux autres pour donner le mouvement à la scène.

CENSURE

La censure est la surveillance exercée par un Etat sur la production cinématographique. Elle porte sur la représentation de la vie privée, de la politique, de la culture et sur la morale. Elle est appliquée par l'intermédiaire des autorités politiques ou de corps spécialement constitués (voir COMMISSION DE CONTROLE*). Elle a varié selon les époques; elle change encore selon les pays, et parfois à l'intérieur d'un même pays.

CHAMP

Espace que l'objectif délimite lors de la prise de vues. Le champ dépend essentiellement de l'objectif choisi. Le champ n'est donc pas le même selon que le metteur en scène utilise une courte ou une longue focale. On appelle hors champ tout ce qui se déroule en dehors du cadre et qui peut avoir cependant de l'importance pour le déroulement de l'action.

CHARRIOT

Plate-forme sur laquelle est placée la caméra* et qui peut se déplacer sur des rails pour permettre la réalisation de travellings. En plus de la caméra, le charriot doit pouvoir transporter le caméraman et un assistant opérateur. On doit aussi pouvoir mettre dessus si cela est nécessaire, un ou deux petits projecteurs.

CHUTES

Eléments de films non utilisés au montage et dont le chef monteur se débarasse en les mettant dans un bac appelé chutier. On peut conserver les chutes dans les archives, et éventuellement les utiliser dans d'autres films.

CINE-CLUB

Né en France, aux débuts des années 20, le ciné-club est une association, un groupement, un cercle qui se consacre à la défense de la culture cinématographique. Par des séances de projection dans des salles privées ou dans des salles commerciales louées à cet effet, par des débats, des rencontres, des expositions, le ciné-club s'efforce d'éduquer le spectateur. Il a joué et joue encore un rôle important dans le développement de la culture cinématographique, dans la formation du goût du public et des hommes de cinéma.

CINEMASCOPE

Le Cinémascope est un format de tournage et de projection obtenu avec le système de l'anamorphose. Le film est tourné à partir d'une pellicule 35 mm. Avec un rapport d'anamorphose de deux, l'image projetée couvre une surface double de la surface obtenue normalement. On a mis au point, après le Cinémascope (au format 2,35), le 35 Cinémascope qui fît disparaître les défauts du Cinémascope original (notamment deux fois moins de netteté et de luminosité que l'image du format standart 1,37). Dans le 35 Cinémascope, l'image était augmentée et la piste sonore optique remplacée par quatre pistes magnétiques : le format était de 2,55. Le Cinémascope fit naître dans le monde entier de nombreux procédés équivalents : le techniscope, l'ultra-semi-scope (japonais), l'arabiscope, tous trois utilisant, à la prise de vues, des images de deux perforations au lieu des quatres habituelles, l'image scope est alors obtenue sans anamorphose. Le 35 Cinémascope fut peu à peu abandonné à cause de l'utilisation délicate du son magnétique. Début des années 80, la plupart des films en Cinémascope étaient projetés en format 2,35 (voir aussi HYPERGONAR).

CINEMATHEQUE

La cinémathèque est un organisme privé ou d'Etat chargé de la conservation des films et des archives cinématographiques. Comme les ciné-clubs, les cinémathèques organisent des projections, des rétrospectives, des expositions et elles publient des études. Nées dans plusieurs pays au milieu des années 30, les cinémathèques sont regroupées dans une fédération internationale.

CINEPHILE

Le terme "cinéphile" a remplacé le terme "cinémane" pour désigner un amateur passionné de cinéma.

CINERAMA

Procédé mis au point au début des années 50 aux Etats-Unis et consistant à filmer la même scène avec trois caméras* synchrones, pour obtenir une vision proche de la vision oculaire. Le film enregistré était ensuite projeté avec trois projecteurs sur un écran concave pour ajouter du relief à l'espace obtenu. A la projection, il était cependant difficile d'arriver à une unité dans le plan, la juxtaposition laissant apparaître les bords de chaque image.

CIRCUIT

Un ensemble de salles dépendant d'une même maison de production ou recevant les films d'un même distributeur forment un circuit. Il existe des circuits indépendants : les exploitants choisissent en accord les films qu'ils projettent dans leurs salles.

CLAP

Objet utilisé pour donner l'annonce et retrouver sur les bandes images et son le synchronisme entre la caméra* et le magnétophone. Le clap est composé d'un petit tableau noir contre lequel on frappe, avant la prise, une petite planchette qui lui est reliée. Sur le tableau sont indiqués à la craie le nom du metteur en scène, le titre du film, l'effet lumière du plan, le nom du chef opérateur, les numéros du plan et de la prise. Lorsque l'assistant opérateur demande l'annonce*, un machiniste présente le clap à la caméra, donne le titre du film, le numéro du plan et de la prise, fait claquer la planchette contre le tableau. Si la prise est muette, on ne frappe pas la planchette contre le tableau. On peut aussi faire un clap en fin de prise, mais celui-ci est alors présenté renversé. Lorsque le clap est "pris", le metteur en scène invite les acteurs à jouer la scène. Les numéros sur le clap indiquent au laboratoire quelles prises doivent être tirées. Ils indiquent aussi au monteur quelles prises doivent être gardées pour le montage définitif. On utilise avec certaines caméras un clap électronique : quelques images sont voilées par une lampe et un "bip" est envoyée au magnétophone.

CLASSIFICATION DE LA MOTION PICTURES ASSOCIATION OF AMERICA (MPAA)

G - General Audiences = Tous publics 

PG - Parental Guidance Suggested = Film déconseillé aux moins de 10 ans (Accord parental souhaitable). 

PG-13 - Parents Strongly Cautioned = Film déconseillé aux moins de 13 ans. 

R - Restricted = Les mineurs de moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte. 

NC-17 - No One 17 and under admitted = Interdit aux moins de 18 ans. 

UNRATED - Non classifié

CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE (OU C.N.C.)

Organisme officiel créé en 1946 et qui supervise l'industrie cinématographique française. Les attributions du C.N.C. sont nombreuses. Il étudie et met au point les lois et décrets concernant l'industrie cinématographique dans son ensemble. Il aide, dans la mesure de ses moyens, au développement de l'industrie cinématographique, et en coordonant ses diverses branches. Il contrôle le financement et les recettes des films. Il aide la production soit par des subventions, soit par des avances. Il centralise les paiements concernant la production et la diffusion des films. Il organise les manifestations et festivals en France et à l'étranger. Il centralise tout ce qui concerne la formation professionnelle et les formations techniques du cinéma, cela en accord avec les différents syndicats et groupements professionnels. Enfin il contrôle la gestion des oeuvres sociales du cinéma.

COLLURE

On appelle collure le raccord fait entre deux morceaux de la pellicule image ou de la pellicule son. Une collure bien faite ne doit pas casser. Il existe deux types de collure : les collures au scotch plastique, utilisées pour les copies de travail, soit sous forme de collures droites (pour l'image) et oblique (pour le son). Ces collures peuvent être défaites très rapidement, mais ont tendance à sécher et à se décoller. Les collures à la colle servent à monter les originaux et les négatifs. On se sert de colleuses professionnelles dites aussi presses. Les collures de la bande son se font toujours au scotch à l'aide de ciseaux non magnétiques.

COLORIMETRIQUE

Un système colorimétrique tente de décrire les couleurs distinguées par la vision humaine. La colorimétrie est la science de la mesure des couleurs. Il est en effet, essentiel de connaître la température de couleur de la scène pour procéder à son éventuelle correction, par filtrage des sources ou devant l'appareil de prise de vues. C'est de la responsabilité de l'étalonneur. Il utilise pour cela un colorimètre qui est un appareillage permettant de définir de manière non arbitraire la couleur de la surface d'un objet.

COMEDIE

Dans une comédie, l'intrigue est riche en humour, les personnages sympathiques, l'action légère et plus ou moins vraisemblable, les quiproquos souvent nombreux, le dénouement heureux. La comédie tend souvent vers la satire des moeurs, des institutions, des caractères. Des éléments propres à la comédie peuvent s'intégrer dans tous les genres cinématographiques, y compris les plus sérieux comme le mélodrame.

COMEDIE MUSICALE

Dans la comédie musicale, l'action identique à celle de la comédie*, est en partie chantée ou dansée. Provenant de l'opérette, la comédie musicale est devenue un genre autonome. Indifférente à la vraisemblance, elle fait appel à la somptuosité des décors et des costumes et aux talents multiples (acteurs, chanteurs, danseurs) de ses interprètes.

COMIQUE (FILM)

Le film comique se fonde sur le gag. Il est construit autour d'un personnage ou d'un couple de personnages aux caractéristiques souvent opposés, qui sont eux-mêmes sources de gags par leurs actions ou par ce qui leur arrive. Dans le film comique, l'acteur principal a donc une importance supérieure à celle des acteurs dans d'autres genres. Bien qu'il cherche avant tout à provoquer le rire, le film comique n'est pas dépourvu de portée satirique, sociale ou morale.

COMMANDE (FILM DE)

Un film de commande est une oeuvre de fiction, un documentaire ou un film publicitaire dont le sujet est proposé au metteur en scène sans que celui-ci soit l'auteur du projet initial, même s'il est libre d'y apporter des éléments personnels.

COMMISSION DE CONTROLE

La commission de contrôle est chargée de l'exercice de la censure* en France. Elle est composée de membres titulaires et suppléants délégués par différents ministères de représentants d'associations familiales et religieuses, auxquels peuvent s'adjoindre d'autres personnes. La commission formule des avis avant l'autorisation de tournage et avant l'exploitation. Ces avis, rendus à bulletin secret, portent sur le visa qu'obtiendra le film. La commission propose des coupes portant sur l'image ou le son, elle peut interdire l'entrée de la salle à certaines catégories de spectateurs ou interdire complètement la distribution d'un film. Ses avis s'étendent aussi au matériel publicitaire. Les films publicitaires et les films non commerciaux, relèvent d'un régime particulier.

CONSEIL SUPERIEUR DE L'AUDIOVISUEL (C.S.A.)

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (en abrégé CSA) est une autorité administrative indépendante, propre à chaque pays, chargée de la régulation du secteur de la radiodiffusion (télévisions, radios, télédistributeurs,…).

CONTACT (TIRAGE PAR)

Les films projetés proviennent de tirages faits à partir de négatifs originaux. Le tirage par contact consiste à presser l'un contre l'autre l'original et le film de copie et à les faire défiler devant une source de lumière. Ce système n'est possible que si les perforations des deux films sont superposables.

CONTINUITE DIALOGUEE

Cette étape de la mise au point d'un scénario se situe après le traitement. Dans la continuité dialoguée, on divise l'action en séquences dont on calcule la durée, on ajoute des indications techniques, on indique les transitions, les enchaînements, etc. La continuité dialoguée est rédigée par le scénariste, avec ou sans l'aide du dialoguiste.

CONTRASTE

Le contraste est, en matière de photographie, le rapport entre la lumière principale qui éclaire une scène et l'ambiance. Il existe des tables américaines qui donnent toutes les indications concernant les contrastes.

CONTRE-CHAMP

Le contre-champ est une prise de vue enregistrée dans la direction opposée à celle du plan précédent. Le contre-champ n'existe donc que si un champ* a été enregistré en premier. Cette définition ne prend tout son sens que pendant le montage, des plans pouvant être intervertis suivant les besoins de la scène.

CONTRE-JOUR

Le contre-jour est, en matière de photographie, l'effet qui consiste à décoller les sujets du fond pour leur donner du relief. Le sujet à filmer est placé entre la caméra* et le foyer lumineux principal.

CONTRE-PLONGEE

La contre-plongée est un effet visuel obtenu en plaçant la caméra* au-dessous de l'objet ou du personnage que l'on désire filmer. C'est l'inverse de la plongée. La contre-plongée sert parfois à déformer ou à donner plus de puissance aux objets et aux personnages apparus dans le plan.

CONTRETYPE

Le contretype est la reproduction d'un négatif original. Il sert au tirage des copies en préservant l'original. Les émulsions du contretype et du négatif sont bien entendu identiques.

COPIE

La copie d'un film est la reproduction positive faite d'après une pellicule négative.

COPIE DE TRAVAIL

Copie positive d'un film présentant un montage provisoire. C'est la copie à partir de laquelle le chef monteur et le réalisateur mettent au point le montage définitif, préparent les trucages, donnent aux scènes leur longueur définitive. Cette copie sert au laboratoire pour faire le montage définitif du négatif original.

COPIES D'EXPLOITATION

Les copies d'exploitation sont les copies d'un film projetées en public. On les appelle copies quand elles sont tirées à partir d'un négatif et duplicatas quand le film a été tourné sur pellicules inversible. La longueur d'un long métrage est approximativement de 2 500 à 2 700 m en 35 mm : une bobine de 300 m correspond à environ 10 mn de projection. En 16 mm la longueur est d'environ 900 m. Les copies d'exploitation sont livrées aux exploitants en galettes ou en bobines. Les bobines d'exploitation ont une longueur de 300 ou 600 m en 35 mm, de 900 m en 70 mm, de 1 200 m en 16 mm.

COPIE LAVANDE

On appelle copie lavande une copie tirée de la copie négative définiitive et à partir de laquelle est tiré le premier positif qui va servir à obtenir les copies d'exploitation. Le mot lavande provient de la couleur violacée de la pellicule.

COPIE MARRON

On appelle copie marron une copie contretypée* à partir du négatif original. Il s'agit d'un positif à grain très fin.

COPRODUCTION

Il existe deux sortes de coproduction. Dans le cas de la coproduction entre producteurs d'un même pays, ceux-ci s'associent pour réaliser un film. Dans le cas de la coproduction entre producteurs appartenant à des pays différents, souvent suscitée par la nécessité de tourner dans plusieurs pays, les accords exigent une participation des acteurs et des techniciens venant des différents pays producteurs. 

COULEUR

La prise de vues en couleurs repose sur un certain nombre de principes. Le premier a été mis au point par Newton : la lumière blanche est décomposable en un prisme qui va de l'infrarouge à l'ultraviolet. On sait aussi que le mélange des trois couleurs primaires bleu, vert, rouge, permet d'obtenir toutes les nuances de l'arc-en-ciel. La notion de couleurs complémentaires prend alors toute son importance. Si des trois couleurs primaires on en retranche une, en superposant les deux autres, on obtient une couleur complémentaire, soit : bleu..... jaune (vert + rouge); vert....... magenta (bleu + rouge); rouge ..... bleu/vert (cyan). Le bleu de tous les procédés photographiques en couleurs est la sélection trichrome. Trois prises de vues successives sont effectuées derrière un filtre vert, un filtre rouge puis un filtre bleu. Les trois positifs obtenus sont virés avec la couleur complémentaire des filtres utilisés. Le rendu des couleurs est alors très fidèle. Le premier procédé de prise de vues en couleurs est fondé sur le système de la synthèse additive. Le deuxième, exclusivement employé maintenant, est le système de la synthèse soustractive. On superpose les trois émulsions suivantes sur un support unique : cyan, magenta, jaune. Ces trois couches jouent le rôle de filtres. Pour la prise de vues en couleurs, il existe plusieurs types de pellicule. La notion de température de couleur est essentielle et il doit en être tenue compte lors de l'éclairage des plans. La température de couleur se mesure à l'aide d'un termocolorimètre. 

COURT METRAGE

Un court métrage est un film dont la durée est inférieure à 57 minutes. Au début du cinéma, tous les films furent donc des courts métrages. Tous les genres peuvent être abordés. Les courts métrages sont projetés en général dans la première partie du programme. Il existe plusieurs festivals de courts métrages. 

CREDITS

En matière de production cinématographique, les crédits sont des prêts faits aux sociétés de productions pour facilietr le financement des films. Il existe en France trois établissements habilités à passer des crédits avec les productions : la Sofet-Sofidi, l'Ufic, et Cofi-Loisirs. 

CROIX DE MALTE

Mécanisme utilisé dans certains appareils de projection pour arrêter le déroulement de la pellicule au moment où l'obturateur laisse passer la lumière. Il tire son nom de sa forme qui évoque la croix des chevaliers de l'Ordre de Malte.

CROSSOVER

Au Cinéma, le crossover (ou cross-over) est un film dont l'histoire réunit des personnages ou des univers propres à d'autres films. Il peut s'agir de réunir des personnages emblématiques comme dans "La Ligue des Gentlemen Extraordinaires", ou réunir deux franchises comme "Alien" et "Prédator", ou réunir des monstres mythiques comme les "Universal Monsters", ou les super-héros de l'univers Marvel par exemple, qui vont former une équipe de choc dans "The Avengers". Le principe du Crossover est donc d'établir la rencontre de franchises, de héros ou super-héros, ou d'univers renommés dans le but de créer une histoire différente de l'univers d'origine. 

Pages
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

Ce dossier est constitué actuellement de 8 pages classées par ordre alphabétique.

Voir également le dossier : LES METIERS DU CINEMA

L'EQUIPE DE PRODUCTIONL'EQUIPE DE TOURNAGE - L'EQUIPE ARTISTIQUE - L'EQUIPE DE MONTAGE AUTRES METIERS

Ces pages sont bien entendu non-exhaustives, vu l'évolution galopante du 7ème Art depuis sa création. Aussi, j'encourage vivement les lecteurs de ces dossiers à se manifester (via le forum "LEXIQUE ET METIERS DU CINEMA), afin de les compléter.






Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma

Star Wars: L'Ascention de Skywalker Star Wars: The Rise of Skywalker
Star Wars: L'Ascention de Skywalker
Nicky Larson et le parfum de Cupidon Nicky Larson et le parfum de Cupidon
Nicky Larson et le parfum de Cupidon
John Wick 3: Parabellum John Wick 3: Parabellum
John Wick 3: Parabellum
Men in Black International Men in Black International
Men in Black International