Films Cinéma et TV sur notreCinema
L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
3
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
2
Créer mon compte / Me connecter   


buddy icon Roegiest

Niveau : Cinéfan

Suivi par 39 membres

0 amis23 avis


Mon cinéma Perso & Tops Films vus Séries Quiz Blog Carte  Home cinéma
Vidéothèque Amis Favoris Statistiques  tweet

   lui envoyer un message lui envoyer un message



Filtrer les critiques par note :      Que les news Que les critiques Notes sans avis
15/12/2018 : Avis ajouté -  Lu 17 fois    

007 Quantum of Solace  

Après avoir lu sur ce site tous les avis positifs sur "Quantum of Solace", je vais sans doute me faire agonir d'injures...
Voilà un film où tout sonne faux, à commencer par la manipulation du personnage de James Bond qui n’est plus qu’une marionnette au profit de l’action qui est démesurée. Certains aiment ça...
Du côté du scénario, c’est plein d’incohérences et l’histoire est tellement emberlificotée qu’elle en devient incompréhensible.
Quant à la mise en scène, c’est tape à l’œil et compagnie, avec des séquences sur-découpées et une pléthore des effets numériques... Et le montage fait à la tronçonneuse n’arrange rien…
De plus la musique est tellement forte et omniprésente que j’ai perdu la moitié des dialogues. Je ne connais que la VO (je ne regarde jamais les films doublés) et je ne sais pas si la version française est plus audible.
Du côté de l'interprétation, Craig est aussi expressif qu'une sole dans une poêle à frire. Seuls l'excellente Judi Dench et Mathieu Amalric qui est assez surprenant dans le rôle du méchant de service, méritent qu'on se souvienne de ce film...
image de 007 Quantum of Solace
Vu le 15/12/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


07/12/2018 : Avis ajouté -  Lu 257 fois    

Le Fleuve sauvage  

« Le Fleuve sauvage », se déroule à l’époque du New Deal mis en place par le président Roosevelt au début des années 1930. Un ingénieur est délégué dans le Sud des Etats Unis sur le site de construction d’un barrage sur la Tennessee River. Les habitants des zones inondables ont quitté leurs terres, sauf une vieille dame qui vit sur une île au milieu du fleuve et qui oppose une résistance obstinée à toutes les tentatives de la faire plier...
Au départ de ça, Elia Kazan a tissé un film profond et qui est d’une rare beauté. On n'est pas loin de friser le chef d’œuvre.
Les acteurs qui ne sont plus de ce monde et que l’on aime bien revoir, y sont pour beaucoup : l’excellent Montgomery Clift avec son visage fraîchement refait après l’accident de voiture qui l’avait laissé défiguré, la belle Lee Remick en jeune veuve qui vit avec sa grand-mère jouée par Jo Van Fleet qui à 45 ans s’est fait une tête d’octogénaire.
A ne pas manquer... comme on dit à la télé!
image de Le Fleuve sauvage
Vu le 06/12/2018   Tous les avis     tweet  
2 votes  Voter
      


07/12/2018 : Avis ajouté -  Lu 306 fois    

Armes secrètes  

Voilà un drôle de film anglais tourné en 1939 et qui oscille entre le film d’espionnage et la comédie.
Le scénario met en situation la disparition mystérieuse en mer de prototypes d’avions transportant des équipements secrets.
C’est assez plaisant, truffé d’humour anglais, mais manque un peu de suspense et a été réalisé de façon artisanale, avec des trucages un peu cheap et des invraisemblances, comme une longue scène de mitraillage où Laurence Olivier descend tous les ennemis et n’en rate pas un seul, et où aucune balle ne se perd dans le décor qui reste intact… Ou aussi les amerrissages d’avions en mer qui sentent les maquettes à plein nez.
En tête d'affiche on trouve Laurence Olivier qui joue les pilotes d'essai et Valérie Hobson en journaliste fureteuse.
Il y a aussi au générique Ralph Richardson qui campe un savoureux major des services secrets britanniques et qui, avec son parapluie et son chapeau melon, fait furieusement pensez à John Steed de la série "Chapeau melon et bottes de cuir"...
Pas un grand film, mais 78 minutes de détente garanties !
image de Armes secrètes
Vu le 07/12/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


05/12/2018 : Avis ajouté -  Lu 295 fois    

Le Signe du païen  

« Le Signe du Païen » un péplum du plus beau kitch. On s’attend à l’imagerie spectaculaire d’un grand péplum et on assiste à un résultat assez rikiki, avec un manque d’ampleur dans la mise en scène. L’Histoire est un peu malmenée, mais il faut jouer le jeu, rares sont les films de ce genre qui respectent la vérité historique.
Jack PALANCE campe un Attila très convaincant, arrogant et guerrier. Face à lui Jeff Chandler en officier romain fait une prestation assez pâlichonne et a du mal à s’imposer face à Palance… La Française Ludmilla Tchérina est une princesse ravissante, mais montre un jeu limité tandis que la palme revient sans conteste à Rita Gam qui joue la fille d’Attila et est totalement investie par son rôle !
Au total, un film plutôt médiocre, mais qui reste divertissant et possède un certain charme des films des années 1950.
image de Le Signe du païen
Vu le 04/12/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


23/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 502 fois    

Les Félins  

Ce film est une demi-déception et il est pourtant considéré comme majeur dans la filmographie de René Clément. J’ai trouvé que l’histoire se met trop lentement en place et hésite entre le thriller psychologique (sans psychologie réelle) et le film à suspense (sans beaucoup de tension) avec une fin assez habile, mais qui n’est pas inattendue car on soupçonne rapidement que les choses ne vont pas se passer logiquement et qu’il va y avoir un coup de théâtre.
Bien que ce soit un film français, l’un des producteurs du film – La MGM – était aussi la firme distributrice dans les pays anglophones, au Japon et dans les pays scandinaves. Un accord avait été trouvé à condition que le tournage se fasse en anglais. Cette version n’a pas été distribuée chez nous et on ne connaît que la version française laquelle a été postsynchronisée par les acteurs. Alain DELON avait accepté de tourner en anglais car il espérait faire carrière à Hollywood.

image de Les Félins
Vu le 18/11/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 398 fois    

Le Puits aux trois vérités  

Je suis assez dubitatif sur le film, est-ce un bon film ou bien un film tout juste regardable ? Il faut dire que ce film adopte le mécanisme d'un triple point de vue pour une même histoire, ce qui fait un peu fouillis.
Une jeune femme est retrouvée morte suite à une violente dispute avec son mari. Ce dernier découvre le lendemain, dans les journaux, que la mère de sa femme l'accuse publiquement de meurtre. Le reste du film est un long flash-back où se mêlent les vérités des uns et des autres : celle de la victime à travers son journal intime, celle de la mère dans un interrogatoire et celle du mari qui raconte son histoire à sa maîtresse.
Ce qui fait que le film soit intéressant, c’est son casting, avec Michèle MORGAN (superbement belle) en mère froide et mystérieuse qui donne la réplique à Jean-Claude Brialy, excellent en jeune fou séducteur et sans gêne, et la jeune assassinée qui est jouée par Catherine Spaak.
Comme c’était une mode à l’époque (1961), on découvre tout au long du film des figurants célèbres qui font 3 petits tours et puis s’en vont : comme Marie Daems, Dany Saval, Jean-Louis Trintignant, Jean-Pierre AUMONT, Valérie Lagrange, Guy Béart, etc.

image de Le Puits aux trois vérités
Vu le 13/11/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 413 fois    

La Pagode en flammes  

Henry Hathaway a mis en scène une histoire où il y a des espions, de l’amour, des morts, les tigres volants, la guerre, l’Asie…
C’est un film de propagande anti-japonais de 1942, qui, comme beaucoup de films d’alors, est consécutif à l’attaque de Pearl Harbor en 1941.
Le titre original est « China Girl » qui vaut mieux que « La Pagode en flammes » qui est une nouvelle fois un titre français des plus imbéciles : cela ne concerne qu’une toute petite séquence de quelques minutes.
Ce n'est pas un grand film. Il est même assez mal construit et est un peu confus, mais il contient quand même des séquences mémorables, comme l’évasion de trois Américains d’un camp japonais. Ou aussi une scène dans laquelle des enfants chinois suivent les cours dans une école bombardée par l’aviation japonaise.
George Montgomery n’est pas un très bon acteur et il se débrouille comme il peut dans le personnage d’un photographe de guerre, buveur et séducteur. Quant à Gene TIERNEY, dans un rôle sans grand intérêt, elle est d'une beauté sublime. Il est cependant très difficile de croire qu’elle est chinoise !
Une curiosité, sans plus.
image de La Pagode en flammes
Vu le 08/09/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 412 fois    

L'Évadée  

« The Chase » – « L’Évadée » est un film noir de 1946 qui n’est pas mal du tout, quoique sa construction à rebrousse-poil est un peu déroutante.
On assiste à la fuite de la femme d’un malfrat avec l’aide du chauffeur de ce dernier. Le bandit lance des tueurs à leurs trousses. Outre les tueurs, le couple est aussi poursuivi par la police le chauffeur étant soupçonné d’un meurtre qu’il n’a pas commis.
L’histoire se poursuit normalement, mais aux deux tiers du film il y a un retour en arrière qui s'incruste sans avoir été annoncé et il faut s’accrocher pour en comprendre le pourquoi.
C’est l’un des six films tournés par Michèle MORGAN à Hollywood. Elle s’était exilée aux Etats Unis pour éviter de devoir tourner pour les Allemands. Ce n’est pas son meilleur rôle… Le chauffeur est joué par Robert CUMMINGS alors au sommet de sa notoriété. Le mari a les traits de Steve Cochran qui semble être abonné à des rôles de gangsters. Le 4ème personnage n’est autre que Peter LORRE dans le rôle de l’âme damnée du malfrat, un tueur froid et inquiétant.
Un bon film surtout pour ses ambiances en noir et blanc.
image de L'Évadée
Vu le 14/07/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 549 fois    

Un cave  

Dans ce film, réalisé par Gilles Grangier en 1972, Claude Brasseur, est un petit malfrat très sympathique, que ses codétenus qualifient de cave. Après avoir purgé sa peine, il est mêlé malgré lui à toute une série de meurtres et de chantages. Plus malin que l’on croit, il profite de l’incompétence de ceux qu’il côtoie et parvient à s’en tirer à très bon compte d’une façon pas très morale…
Aux côtés de Claude Brasseur, joue la jolie Suissesse Marthe KELLER. Le flic enquêteur buté et incompétent est joué par Paul Le Person assisté par Jacques Balutin qui est plus futé que son chef mais que personne ne prend au sérieux. On y voit aussi Robert DALBAN en médecin véreux et Pierre Tornade qui est un riche industriel et l’amant de Marthe KELLER. Du beau monde pour cette petite comédie policière sans grande envergure mais jamais ennuyeuse. Seule la musique est parfois assez énervante avec un thème qui tourne en rond.
image de Un cave
Vu le 14/10/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 650 fois    

Hangover Square  

« Hangover Square » est un film étrange signé John Brahm. Cela se déroule à Londres à la fin du 19e siècle où un compositeur classique renommé est surmené par son travail d’écriture d’un concerto pour piano. Il est victime de fréquentes crises de pertes de mémoire qui sont provoquées chaque fois qu’il entend des sons discordants. Dans la vie, c’est un brave homme qui se transforme en un meurtrier sadique lors de ses crises dont il n’a aucun souvenir.
Le compositeur/assassin est joué magistralement par Laird Cregar. On l’avait déjà vu en Jack l’éventreur dans « The Lodger » du même John Brahm, tourné un an plus tôt. Le réalisateur déploie une remarquable virtuosité dans sa mise en scène et les images en un beau noir et blanc de Londres la nuit sont extraordinaires. Au générique il y a aussi George SANDERS qui semble être l’un des acteurs fétiches du réalisateur.
C’est le dernier film de Laird Cregar, décédé à 31 ans. Il avait décidé de maigrir pour interpréter le compositeur, et de 130 kg il était tombé à 88 kg. Il y a laissé sa santé et est mort d’une crise cardiaque avant même la sortie en salle du film.
image de Hangover Square
Vu le 19/07/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 627 fois    

Agent secret  

« Sabotage » est connu aussi sous le titre « The Woman Alone », un film de la période anglaise du maître autoproclamé du suspense...
C’est un bon film d’une facture très moderne pour l’époque où Hitchcock crée un suspense assez fort avec un gamin qui transporte un paquet qui contient une bombe.
Le seul (petit) handicap du film est le choix des acteurs. John LODER (qui soit dit en passant avait été marié avec Hedy Lamarr) et qui est assez terne dans le rôle d’un policier. Quant à Oskar Homolka, il est trop sympathique pour être crédible en assassin. Si Sylvia Sidney est bien jolie, elle est assez mal employée et ce n’est pas là son meilleur rôle.
image de Agent secret
Vu le 14/03/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 704 fois    

Naples au baiser de feu  

Etre un film de 1937 n’est pas un défaut, il y a eu d’excellents films à cette époque, mais celui-ci n’en fait pas partie. Il est du genre drame un peu nunuche qui a pour seule vocation de mettre en valeur Tino ROSSI, qui était alors le chanteur le plus en vogue. Il y va d’ailleurs de 6 chansons, ce qui est assez normal car il a le rôle d’un chanteur dans une pizzeria napolitaine.
Le seul intérêt de ce film est de revoir le génial Michel SIMON et deux superbes actrices, Viviane Romance et Mireille Balin. La qualité de leur jeu sauve le film de la médiocrité, heureusement car la vedette, Tino ROSSI, est fade et insignifiant
image de Naples au baiser de feu
Vu le 14/11/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


14/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 820 fois    

La Verte moisson  

« La Verte Moisson » est l’un de ces films qui méritent d’être redécouverts. Cela se déroule dans une petite bourgade de province sous l’occupation où une bande de lycéens décident d’agir contre les Allemands.
C’est filmé simplement, sans artifices et effets spéciaux, et joué impeccablement par des jeunes acteurs à leurs débuts : Claude BRASSEUR, Jacques PERRIN, Jacques Higelin, Dany Saval, Marie-France Boyer…
Un film comme on n'en fait plus... où que l'on n'est plus capables de faire!
image de La Verte moisson
Vu le 03/02/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


13/11/2018 : Avis ajouté -  Lu 414 fois    

Cagliostro  

Le film est basé sur le roman d’Alexandre Dumas « Joseph Balsamo » (le vrai nom de Cagliostro) qui prend de grandes libertés avec la véritable histoire de cet aventurier et malmène l’Histoire de France…
Ce film de 1949 a été officiellement réalisé par Anthony Ratoff, mais chaque image porte la griffe d’Orson Welles, avec des mouvements de caméra et des angles spéciaux qui sont sa signature.
L’actrice principale, Nancy Guild, avait raconté lors d’une interview que Ratoff avait passé le tournage assis dans un fauteuil en lisant un journal tandis que Welles plaçait les caméras, réglait les éclairages et drillait les acteurs…
C’est, bien sûr, Orson Welles qui endosse le personnage de Cagliostro dans une interprétation pas toujours très subtile et à la limite du cabotinage. L’actrice principale, Nancy Guild, est très belle mais est assez insignifiante. Il y a aussi l’excellent Akim TAMIROFF l’ami gitan de Cagliostro qui était un pote de Welles qui l’avait utilisé dans presque tous ses films.
Ce film n'est pas déplaisant, mais est à classer parmi les curiosités.
image de Cagliostro
Vu le 12/11/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


05/09/2018 : Avis ajouté -  Lu 1156 fois    

L'Affaire d'une nuit  

Voici un petit film signé Henri Verneuil qui nous a donné des films d’un tout autre acabit. Celui-ci n’est pas mauvais, mais il n’en est pas pour autant très bon. Après un début prometteur, l’histoire s’enlise dans la déambulation nocturne d’une jeune femme et d’un séducteur, avec une question essentielle, « couchera, couchera pas ? ». Dans le personnage de la jeune femme, Pascale PETIT est mignonne à croquer, mais cela s’arrête là, elle donne l’impression de s’ennuyer ferme en femme adultère… De son côté, Roger HANIN, à 35 ans sur le tournage, donne une bien piètre image d’un tombeur de filles. Et de plus il montre qu’il n’était pas un très bon comédien, il aura dû attendre un âge plus mûr pour se bonifier. Le seul qui tire son épingle du jeu est Pierre Mondy dans le rôle du mari cocu. Malheureusement, son rôle est très réduit et on ne le voit pas plus de 14 ou 15 minutes au début du film et 10 minutes à la fin. A voir donc, mais sans en attendre grand-chose, c’est tout au plus une curiosité dans la filmographie d’Henri Verneuil. Un petit intérêt à ce film est d’y découvrir dans de petits rôles de figuration des têtes connues : Robert DALBAN, Micheline Luccioni, Claude Piéplu, Jacques CHARRIER, Félix Marten, Dario MORENO et même Henri Verneuil et… Brigitte Bardot !









image de L'Affaire d'une nuit
Vu le 05/09/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


29/07/2018 : Avis ajouté -  Lu 1620 fois    

Un Drôle de Colonel  

Cela démarre de façon assez prometteuse, avec deux petits truands londoniens qui se font doubler dans chacun de leurs casses par un mystérieux voleur qui signe ses forfaits "L'ange"...
Cela dérape très vite vers une comédie qui lorgne vers les comédies anglaises et qui n'est que péniblement franchouillarde.
Quelle idée de situer l'action à Londres avec une poignée d'acteurs tout ce qu'il y a de plus français ?
On a vu Jean Giraud plus inspiré dans le choix de ses sujets et de ses comédiens.
J'ai mis une étoile pour Michel GALABRU qui est très amusant dans le rôle de ce colonel qui revient des Indes pour prendre sa retraite et se marier.
Bof !...
image de Un Drôle de Colonel
Vu le 29/07/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


27/07/2018 : Avis ajouté -  Lu 1708 fois    

Les Amours de minuit  

Récemment restauré par la Cinémathèque française, ce film est une rareté que j’ai découverte hier soir. C’est un film mineur, comme on en faisait beaucoup au début des années 30, avec une mise en scène plus ou moins maîtrisée et un résultat techniquement approximatif.
Allégret semble avoir été influencé par « L’Ange bleu » sorti un an plus tôt, l’actrice principale, Danièle Parola est un copié/collé évident du personnage composé par Marlène Dietrich : une chanteuse/danseuse, toute en blondeur, en bas et porte-jarretelles, avec des effets de jambes savamment prolongés…
Le scénario est simple, voire simpliste, et le déroulement de l’histoire est très prévisible, presque stéréotypé. Quant à l’interprétation, elle m’a paru assez catastrophique. Danièle Parola est belle, mais son jeu n’échappe pas aux excès expressionnistes du cinéma muet, avec des expressions très limitées et un regard écarquillé. Quant à Jacques Varennes, dans le rôle très manichéen du méchant, il a tendance, et de plus au fur et à mesure de l’avancement du film, à surjouer.
En bref, « Les Amours de minuit » est un film à ne voir qu'incidemment, par curiosité.
image de Les Amours de minuit
Vu le 27/07/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


22/03/2018 : Avis ajouté -  Lu 1898 fois    

Les Chemins de la gloire  

Au départ, le projet du producteur Darryl F. Zanuck était d’adapter le roman de Roland Dorgelès, « Les Croix de bois », dont Raymond Bernard avait déjà tiré un film 4 ans plus tôt.
Il a chargé Howard Hawks de la réalisation, lequel confia à William Faulkner l’adaptation du roman. Le résultat fut tellement différent du livre, que le nom de Roland Dorgelès et son livre ne figurent même pas au générique !
L’argument est le même que celui des « Sentiers de la gloire » auquel on l’a comparé (à tort) ou aussi de « A l’Ouest rien de nouveau » : l’absurdité de la guerre.
Sur fond du conflit de 1914/1918, le film relate l’opposition de deux conceptions de la vie entre deux hommes : l’un vit pour la guerre et l’autre vit malgré la guerre.
Le style insufflé au film par Howard Hawks est brillant et percutant, avec quelques scènes d’anthologie. Les interprètes semblent avoir été triés sur le volet tant ils sont crédibles. Un petit bijou…
image de Les Chemins de la gloire
Vu le 22/03/2018   Tous les avis     tweet  
 Voter
      


08/01/2018 : Avis ajouté -  Lu 1934 fois    

Gypsy, Vénus de Broadway  

J’adore les films musicaux hollywoodiens, du moins ceux de la grande époque.
Celui-ci est de 1962 et flirte dangereusement avec le ratage.
Mervin LeRoy, qui est un réalisateur pourtant appréciable, ne semble pas avoir été à l'aise avec l'écran large du Technirama et s’est contenté de filmer certaines scènes de façon statique, un peu comme si l’on assistait au captage d'une représentation de « Au Théâtre ce soir »…
Certains passages pseudo-filmés en extérieurs ne font pas illusion et transpirent carrément le studio, comme la longue scène sur le quai d’une gare où l’on voit nettement que le fond est une toile peinte !
Quant aux acteurs, je crains que là aussi la distribution des rôles n’ait pas été idéale. Rosalind RUSSELL est une très bonne actrice qui a montré l’étendue de son talent dans beaucoup de films. Ici elle en fait des tonnes, au point de faire de son personnage une caricature.
Dans le rôle titre, Natalie WOOD est bien jolie, mais il m’a semblé qu’elle était très mièvre dans son rôle de stripteaseuse qu'elle ne maîtrisait pas.
Seul Karl Malden tire sont épingle de ce jeu de dupes et est excellent comme toujours.
Enfin, le film est très long (137 minutes) et aurait pu être raccourci de 20 bonnes minutes de scènes exagérément tirées en longueur.
Une déception…
image de Gypsy, Vénus de Broadway
Vu le 07/01/2018   Tous les avis     tweet  
1 vote  Voter
      


30/05/2017 : Avis ajouté -  Lu 1874 fois    

Bone Tomahawk  

Ce film est sorti immédiatement en DVD et c'est encore trop ! Voilà un pseudo western fantastique qui se veut original et qui n'est que grotesque et de mauvais goût avec des scènes tellement exagérées que c'en devient de la caricature.

Il a été couronné du Grand Prix du Jury au Festival du film fantastique de Gérardmer... Qui pourrait me dire ce que les membre du jury avaient sniffé pour trouver une quelconque qualité à ce navet ?
image de Bone Tomahawk
Vu le 30/05/2017   Tous les avis     tweet  
 Voter
      








Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+

télécharger La Belle et la Bête en streaming
La Belle et la Bête
Pupille
Pupille
Astérix: Le secret de la potion magique Astérix: Le secret de la potion magique
Astérix: Le secret de la potion magique
Solo: A Star Wars Story Solo: A Star Wars Story
Solo: A Star Wars Story
Mission Impossible : Fallout Mission: Impossible – Fallout
Mission Impossible : Fallout
Nicky Larson et le parfum de Cupidon Nicky Larson et le parfum de Cupidon
Nicky Larson et le parfum de Cupidon