Films Cinéma et TV sur notreCinema
10

L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
2
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
1
Vod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
followinsta
Rechercher une série ou un téléfilm : Tous

Les nouveautés de la rentrée


Téléfilms

Jacqueline Sauvage : C était Lui ou Moi (2018) (Le 01 OCTOBRE TF1)
Le retour d'un rôle fort pour Muriel ROBIN après Marie Besnard, l empoisonneuse... (2006), celui de Jacqueline Sauvage. C'est l'histoire vraie de cette femme qui, en 2012, a tué son mari violent. Elle a été condamnée à 10 ans de prison. En 2016, elle obtient la grâce présidentielle suite au soutien de l'opinion public. Olivier MARCHAL, Armelle DEUTSCH et Alix POISSON complètent le casting de ce film d'Yves RÉNIER.

Et encore ...
- Insoupçonnable (2017) (Dès le 13/09 TF1): remake de la série britannique The Fall. Quand Chloé Fisher est appelée à Lyon pour traquer un tueur en série, elle devient vite obnubilée par l'affaire. Le jeu du chat et de la souris commence alors.
- Illettré (2018) (Le 18/09 FRANCE3): Léo, un trentenaire cache son illettrisme. Victime d'un accident dans son usine, il se voit immobilisé. Sa voisine, Nora, le soigne et après avoir découvert son handicap, fait tout pour l'aider à le combler.


Séries

Killing Eve (2018) (Dès le 13/09 sur CANAL+)
Après son départ de Grey s Anatomy (2005), Killing Eve signe le retour de Sandra OH à la télévision. Elle y interprète Eve, une analyste des services secrets britanniques lancée à la poursuite de Villanelle, une tueuse en série terrifiante jouée par Jodie COMER. Les deux femmes se traquent et cela va tourner à l'obsession, voire à la fascination pour chacune d'entre elles. Sandra Oh a été séduite par la psychologie et le côté obscur de la série qui selon elle ne tombe pas dans les clichés.

Et encore ...
- Les Impatientes (2018) (OCTOBRE FRANCE3) : série carcérale française, ses héroïnes que tout oppose partagent leur cellule et leurs angoisses.
- Hippocrate (FIN NOVEMBRE CANAL+): après le film, la série. A cause de mesures sanitaires, aucun médecin expérimenté ne peut aller travaillé à l'hôpital. Trois internes et un légiste vont devoir tout gérer. Le plus de la série, un cating quatre étoiles : Louise BOURGOIN, Karim LEKLOU ou encore Géraldine Nakache.



Mini-séries

Ad Vitam (AUTOMNE ARTE)
Arte propose de nouveau une série française d'anticipation après Transferts (2017), de six épisodes. Cette fois-ci, on se retrouve dans un monde où la mort n'existe plus. Pourtant sont retrouvés les corps sans vie de sept mineurs. Darius (Yvan ATTAL), 119 ans, est chargé de l'enquête, avec Christa (Garance MARILLIER), une jeune femme au fort caractère.

Et encore ...
- La vérité sur l'affaire Harry Quebert (NOVEMBRE TF1): Adaptation d'un roman policier éponyme de Joël Dicker. En 1975, Nola disparaît, mais l'affaire est classée sans suite. En 2008, l'écrivain Marcus Goldman, en panne d'inspiration, rejoint son ami Harry Quebert, qui se fait arrêter quand le squelette de Nola est retrouvé sur sa propriété.
- Papa ou maman (OCTOBRE M6): Adaptation du film du même nom. Florent PEYRE et Émilie CAEN se disputent la garde exclusive de leurs enfants. Comédie de six épisodes coécrits parles cénaristes du Prénom.


Les nouveautés de la rentrée
 Lu 13589 fois - Date 16/09/2018 
News de jal7
suivre
     share tweet  

Fiches mises à jour
  Forum TV 
Ces jours ci à la TV Voir +  Ajouter
TV  Room
Room

20h40 - Rtl9
21/04

TV  La Tunique
La Tunique

20h55 - Arte
21/04

TV  Diabolo menthe
Diabolo menthe

20h55 - Gulli
21/04

TV  Le Baiser mortel du Dragon
Le Baiser mortel du Dragon

20h55 - Rmc story
21/04

TV  Appel inconnu
Appel inconnu

21h00 - 6ter
21/04

TV  La Légende de Zorro
La Légende de Zorro

21h00 - France 4
21/04

TV  Captain America : Civil War
Captain America : Civil War

21h00 - Tf1
21/04

TV  Borsalino
Borsalino

21h00 - W9
21/04

TV  La Grande vadrouille
La Grande vadrouille

21h05 - France 2
21/04

TV  Espace détente
Espace détente

22h15 - Ab1
21/04

TV  Valentin Valentin
Valentin Valentin

22h45 - Rmc story
21/04

TV  Deep Impact
Deep Impact

23h00 - 6ter
21/04

Le Lac Ontario  
Au milieu du XVIIIème siècle, les Français et les Anglais se font la guerre pour la domination coloniale des terres du nord de l’Amérique, un conflit auquel les tribus indiennes sont associées afin de reconquérir des territoires perdus.

Une jeune Bostonienne tente de rejoindre son père, un sous-officier en poste dans un fort britannique, en traversant la région hostile qui mène au lac Ontario. Son chemin croise celui d’Œil de Faucon, un homme blanc qui a été élevé par les Mohicans, surnommé « The Pathfinder » (l’Éclaireur) par les Anglais. Il est accompagné par son père adoptif, le chef indien Chingachgook. Ils se rendent eux aussi au fort pour prêter main forte aux soldats britanniques.

Cette histoire est la suite chronologique du livre de James Fenimore Cooper « Le Dernier des Mohicans ». Ce roman avait déjà fait l’objet d’une médiocre adaptation hollywoodienne en 1952, sous le titre « Le Trappeur des Grands Lacs ».

Cette version-ci est canadienne et de très bonne tenue, avec des acteurs peu connus chez nous, sauf l’Américain Stacy Keach qu’on a vu dans les séries télévisées « Prison Break » et « Mike Hammer ». Le rôle du chef Mohican est tenu par Grahame Greene un acteur canadien d'origine amérindienne de la tribu des Oneidas qui tenait le rôle du sorcier Kicking Bird dans « Dances with Wolves »–« Danse avec le loups »...

image de Le Lac Ontario
 Lu 203 fois       


Timeless  
J'ai toujours été beaucoup plus attiré par les films qui traitaient des voyages dans le temps que ceux qui mettaient en scène des batailles inter-galactiques ou des supers-héros. Celui-ci par certains côtés ressemble à la célèbre série Au Coeur du Temps (1966), mais avec pas mal de références aux films ou à la littérature que les héros de la série connaissent dans leur époque. Et puis, la présence de la jolie Abigail SPENCER est un atout que la série précitée n'avait pas.
image de Timeless
 Lu 441 fois       


Le Dernier contrat  
Un très bon film d'espions avec des gentils et d'autres pourris.
Frida FARRELL sous le pseudo de Frida Show s'en sort très bien comme agent de la CIA en colère qui veut dénouer l'enquête qu'elle a ouverte sur ses propres chefs qu'elle soupçonne d'avoir voulu la supprimer ainsi que son mari.
Ce film de bonne facture nous a bien fait plaisir et nous avons pu apprécier de passer une bonne soirée.
smiley
image de Le Dernier contrat
 Lu 541 fois       


Le Plombier  
L'effet miroir du "Plombier", téléfilm réalisé par Peter WEIR en 1979 est implacable. Une expérience d'ethnologie décentrée très instructive. L'ethnologie n'est en effet en aucune façon une science neutre. Elle s'est constituée au XIX° dans le contexte de la colonisation européenne de l'Afrique, de l'Asie et de l'Océanie quand l'homme blanc s'est mis à vouloir étudier les populations étrangères "primitives" avec lesquelles il était entré en contact, lui-même se concevant comme "évolué". Poursuivant sa passionnante réflexion sur l'histoire de son pays, Peter WEIR déconstruit cet ethnocentrisme en déplaçant le clivage racial sur le terrain de la lutte des classes et en inversant les rôles. C'est la jeune intellectuelle occidentale arrogante qui devient l'objet d'étude du frustre plombier. Le résultat est éloquent:

- L'ethnologie est insidieusement intrusive. Tout en prétendant se faire discrète, elle s'impose chez ceux qui n'ont rien demandé, prend ses aises et finit par envahir leur espace vital, préparant ainsi le terrain aux colonisateurs à qui elle sert de justificatif. De fait Jill supporte de moins en moins la présence de Max dans sa maison, celui-ci s'avérant extrêmement bruyant et ne cessant de sortir de son rôle pour lui demander des services ou tout simplement pour discuter. De plus, loin de réparer la tuyauterie de la salle de bains, il la déglingue un peu plus à chaque nouvelle intervention ce qui préfigure les méfaits des central Services dans "Brazil" (1985). A plusieurs reprises dans le film, Jill et Max s'affrontent sur la notion de propriété privée. Jill accuse Max d'envahir son territoire mais il lui rétorque que l'immeuble qui l'emploie est autant à lui qu'à elle. La salle de bains devient un terrain symbolique d'affrontement puisqu'en la rendant invivable et ouverte à tous les vents, il prend le dessus sur elle.

- La maison, déjà traitée par Peter WEIR comme une métaphore de l'identité de celui qui l'habite dans "La Dernière vague" (1977) permet à Max de se faire une idée de Jill à partir de ses propres préjugés de classe ce qu'elle ne supporte évidemment pas. L'ethnologue prétendument ouverte aux autres vit quasiment recluse chez elle et quand elle en sort, c'est pour se limiter à un étroit périmètre. Délaissée par son mari, Brian qui ne pense qu'à sa carrière, elle néglige son apparence et est complètement dévitalisée sexuellement, ce que ne manque pas de remarquer Max avec la lotion pour cheveux qu'utilise Brian ou encore la statuette indigène dotée d'un énorme membre viril en érection qui traîne chez elle. Celui-ci, plutôt bien pourvu en cheveux et en testostérone se pose en ouvrier viril face à des intellos forcément dépourvus du moindre sex-appeal. A l'inverse, le préjugé de classe de Jill se manifeste d'abord lorsque Max la provoque en lui disant avoir fait de la prison pour viol avant de se rétracter. Puis lorsqu'il la pousse à bout, elle l'humilie en corrigeant devant son amie une faute de langage puis en le traitant "d'ouvrier", trahissant ainsi son complexe de supériorité. Enfin elle le chasse en le faisant accuser de vol, un réflexe classique de la bourgeoisie qui pour tester son "petit" personnel laisse traîner des objets de valeur ou des bijoux à sa portée voire même les dissimule dans ses affaires. Le plus malhonnête des deux n'est en effet pas celui que l'on pense.
image de Le Plombier
 Lu 829 fois       


Kaamelott  
Critique de Kaamelott

Une série qui en 15 ans n'a rien perdu de son tranchant humoristique.

Alexandre Astier, créateur, scénariste, compositeur, réalisateur et personnage central de la série, peut se vanter d'avoir créé ce morceau d'anthologie de la télévision, qui s'étale sur 6 saisons et totalise pas moins de 458 épisodes, de longueurs différentes suivant la saison. Il revisite le mythe de la Table Ronde avec un humour incroyablement irrésistible, drainant une véritable armée de fans jusqu'aujourd'hui dévoués au Roi Arthur et à sa cour. Ce qui frappe tout d'abord, c'est le ton décalé par rapport au sujet. Pas question de grandes phrases de circonstances habituellement réservées aux films de chevaliers, mais une élocution plus proche de nos années 2000, la technologie en moins bien sur. Gageons que l'on en parlera encore dans 10 ou 20 ans.

Saison 1 :

Alexandre Astier prend le risque de devoir convaincre en 3 minutes par épisodes. Format très court où le rythme a énormément d'importance

Astier présente ses personnages. Tous tournent autour d'Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde. Il se réserve le rôle principal, celui d'Arthur, roi de Bretagne, le seul qui semble avoir un semblant de raison. Même si il est entouré d'une cour parfois d'une incompétence déplorable, il tient les rennes et tente par tout les moyens de redresser la barre que plie ses collaborateurs. Amant insatiable, il ne touche pas à la reine Guenièvre, qui lui a été imposée pour des raisons politiques. Ce qui donne droit à des épisodes épique (« Lacrimosa », « Retour de campagne »...)
Guenièvre est interprétée par une Anne Girouard absolument irrésistible. Son phrasé traînant à l'accent presque belge est désopilant. Elle adore les maîtresses de son mari et ne comprend pas grand chose de ce qui l'entoure. Mais elle est la reine et elle veut que ça se sache. Ses bourdes mettent parfois Arthur dans l'embarras mais celui-ci le lui rend bien.
Le père de Guenièvre, Léodagan, est le roi de Carmélide. Il vit à Kaamelott avec sa femme Seli et seconde Arthur de son mieux, sans doute l'un des protagonistes les moins incohérents. Ceci dit dès qu'il peut appuyer sur une faiblesse d'Arthur, il ne se gène pas. Un rien barbare, il s'oppose souvent au roi de Bretagne et à sa façon de gouverner, tout dans la finesse, se refusant à tout acte de barbarie, comme la torture ou l'exécution sommaire. Léodagan serait plutôt pour décapiter tous ceux qui bougent de travers. Il est joué par le père d'Alexandre Astier, Lionnel Astier.
Et c'est sa mère Joelle Sévilla qui joue Seli, la femme de Léodagan, mère de Guenièvre. Son seul soucis est l'arrivée d'un héritier qui ne vient pas. Et ses reproches fusent aux repas.
Pour en terminer avec la famille, Simon Astier, le demi frère d'Alexandre, joue Yvain, le frère de Guenièvre, ami de Gauvin, le neveu d'Arthur. Il adopte un comportement adolescent attardé et rebelle à l'autorité, quelle qu'elle soit. Notons que sa mère, Josée Drevon, apparaît dans quelques épisodes dans le rôle d'Ygerne de Tintagelle, la mère d'Arthur.
Concernant les autres personnages, nous avons le père Blaise, ecclésiastique de la cour et rédacteur des faits d'arme des chevaliers. Autant dire qu'il a matière à piquer des crises de nerfs (ce qu'il ne manque pas de faire). Il est interprété par Jean-Robert Lombard.
Les chevaliers sont interprété par Thomas Cousseau dans le rôle de Lancelot. Très épris de Guenièvre mais (pour le moment du moins) fidèle au roi de Bretagne, il garde sa virginité (son cœur pur) pour la femme de sa vie ; Franck Pitiot et Jean-Christophe Hembert sont mes préférés (surtout le premier). Ils jouent respectivement Perceval et Karadoc, deux compères qui se sont bien trouvés. Le premier est une des cartes maîtresses de l'humour kaamelottien, il ne comprend jamais rien de ce qu'on lui dit, ce qui donne des scènes à se rouler par terre de rire. Le second ne comprend pas grand chose non plus mais son arme fatale, c'est la bouffe ; Bohort, sous les traits de Nicolas Gabion, est l'un des chevaliers le plus couard de la tablée. Lui aussi réserve des épisodes succulents. Les autres chevaliers sont très anecdotiques, notons cependant qu'Antoine de Caunes apparaît dans le rôle de Dagonnet.
Un des personnages clefs de la série est Merlin. Joué par Jacques Chambon, ses enchantements sont
à la limite de son incompétence et lui aussi nous réserve de bien belles scènes.
Enfin Demetra et la Dame du Lac, dans une moindre mesure toute deux jouées par Caroline Pascal et Audrey Fleurot sont très appréciées.
Pour finir, on notera quelques guests de prestige tel Didier Bénureau, Bruno SALOMONE, George Beller, Marcel Philippot, Lauránt Deutsch, Emma DE CAUNES, Philippe Nahon ou encore Denis Maréchal au casting.

Saison 2 :

Elle s'ouvre sur un humour tout aussi corrosif et désopilant. Toutefois, Astier y incorpore une dimension dramatique qui fait paraître la série moins drôle. Ce n'est pas le cas, seulement plus d'épisodes plus profonds (« La conscience d'Arthur », « Le Terroriste »...) ou plus préliminaires (les épisodes où Lancelot prépare son départ et révèle son amour pour Guenièvre) ou encore plus enclin à la réflexion (« L'absolution » qui accuse l'église).

Au niveau des personnages, certains prennent moins de place (Guenièvre et Seli sont très peu mises en scène, Merlin également), tandis que certains de la saisons 1 deviennent plus exploitables (le maître d'arme ou Angharad). Les jumelles du pêcheurs font leur apparition, ainsi que Mevanwi (jouée par Caroline Ferus), l'épouse de Karadoc. Bruno SALOMONE revient lui aussi sporadiquement et notons très peu de guests (Bruno Solo et Bernard Le Coq).

Saison 3 :

La saison 3 accentue encore un peu le coté dramatique de la série et n'hésite pas à cracher un peu de vérités qui ne font pas forcément du bien (notamment sur l'église). Les intrigues voient le jour et il n'est pas rare de voir des épisodes qui sont plus ou moins la suite d'épisodes précédents. Coté acteurs, on retrouve les mêmes. Coroline Ferrus prend de plus en plus d'importance, Mevanwi devenant non officiellement la maîtresse d'Arthur, et des guests viennent encore cabotiner tels Claire NADEAU, François Rolin, Roland Giraud, Valérie Benguigui ou encore Laurent Gamelon. La série devient vraiment structurée contrairement au deux premières saisons qui ne cherchaient pas encore à faire suivre des intrigues.

Saison 4 :

Toujours sur le même principe (humour, intrigues, etc...), elle se soumet, cette fois, à une certaine linéarité, beaucoup d'épisodes se suivant, parfois même déclinés en deux épisodes. Le coté dramatique est assez prononcé, peut-être de plus en plus et le livre IV se termine par un épisode de 7 minutes, donnant le ton pour la cinquième saison, qui sera diffusée dans se format là. On retrouve les acteurs de toutes les saisons précédentes, plus certains qui prennent un peu plus d'importance (François Rollin, Antoine De Caunes, Bruno Fontaine, Caroline Ferrus, Josée Drevon...). Pas de guest, en revanche.

Saison 5 :

Diffusée dans un format de 7 minutes, elle sera montée par la suite en 8 épisodes d'une cinquantaine de minutes reliant tous les épisodes entre eux. C'est de toutes les 5 premières saisons la plus sombre, la plus profonde et la plus dramatique, comme si Alexandre Astier avait voulu paraphraser son implication dans la série. Il pense avoir tout dit et tâche de finir en beauté ce qui avait été l’œuvre de sa vie. Arthur, c'est lui et il en a assez de son « royaume ». On se satisfera cependant de quelques scènes drôles, dans le genre de ce qui avait fait le succès de « Kaamelott », même si on doit reconnaître une maîtrise totale de ce qui n'est pas comédie. Notons quelques guests, tels Patrick BOUCHITEY, Guy Bedos ou Christian Clavier.

Saison 6 :

Cette saison confirme l'impression que donne Alexantre Astier d'en finir avec Kaamelott (alors qu'on annonce un retour au cinéma en 2019). Il a tout dit et elle revient sur l'avant Kaamelott, du temps où Arthur était dans l'armée romaine. Il va, de façon intelligente, expliquer les zones d'ombre et faire le lien avec ce qui a engendré le début de la série. Si le propos perd encore en humour et s'assombrit un peu plus (le dernier épisode prend vraiment aux tripes), l'intrigue générale est tiré au cordeau, imposant une admiration de la narration dont chaque détail est minutieusement bien pensé. On aura le plaisir d'y croiser quelques pointures du cinéma, tels Pierre Mondy, Patrick CHESNAIS, François LEVANTAL ou Tchéky Karyo, en plus de l'habituel casting, rajeuni pour l'occasion.

Conclusion : une série vraiment très intéressante qui, au delà de son succès dû surtout à son aspect humoristique irrésistible et a donné quelques répliques cultes, propose une linéarité captivante et un univers innovant et particulièrement bien construit. Et le mérite en revient principalement à Alexandre Astier. Pour ma part, un chef d’œuvre en matière de série.
image de Kaamelott
 Lu 811 fois       


Farscape  
Cette série "de l'espace" est passionnante même si son héro se comporte comme dans stargate atlantis en se dandinant comme une folle quand il marche, en faisant la course dans l'espace quand il va plus vite et quand il déballe sans arrêt ses blagues et références à deux balles qui n'intéressent que lui. Il en fait trop, il surjoue ...
Les effets spéciaux ne sont pas grandioses mais suffisants pour cette série avec des épisodes de moins d'une heure.
Les autres acteurs sont parfaits dans leurs rôles respectifs et même si parfois on a l'impression d'avoir raté un épisode, cette série est passionnante et plutôt bien foutue par rapport à certaines qui tentent les aventures dans l'espace.
Tous les personnages ont à quelques uns près, un taux de survie à la mort assez incroyable et beaucoup d'eux devront passer par des techniques alien pour ne pas rester à l'état de cadavre.
Comme la série se termine "en eau de boudin" comme on dit chez moi, il faut poursuivre l'histoire avec le complément de 4 épisodes de 44 minutes tournés exprès qui s'appelle Farscape - Guerre Pacificatrice (2004) qui permet une fin honorable.
CETTE SÉRIE NOUS A BIEN INTÉRESSÉS TOUT DU LONG DE SES 88 ÉPISODES.
smiley
image de Farscape
 Lu 981 fois       


Les Chevaliers du ciel  
Créer avec le journal < PILOTE > à la fin des années 50 , TANGUY et LAVERDURE de meme qu’ ASTERIX ont enjolivé ma jeunesse . Je tiens du reste à préciser qu’ ALBERT UDERZO déssinait jusqu’en 1967 les 2 Bandes dessinées et le succès d’ ASTERIX l’a contraint à abandonner MICHEL TANGUY . Depuis la qualité des dessins n’a jamais plus eu son équivalent .

Lorsque la série fut diffusée à la TV à partir de 1967 , je fus un peu déçu car connaissant trop la BD , j’eu du mal à y trouver mon compte .

Récemment je l’ai revue intégralement et je l’ai bien plus appréciée à ma grande surprise .

Il est difficile de mettre en images des héros qui ne sont que virtuels c’est la raison première qui interdit de suivre les scénarios originaux , on peut tout au plus s’en approcher en fonction des moyens disponibles .

L’armée de l’air et son matériel de l’époque , La base aérienne de DIJON ainsi que son personnel ont participé et contribué à ce qui est devenu < UNE SERIE CULTE > , en quelques sortes smiley< NOS TETES BRULEES FRANçAISES > .smiley

L’esprit BD est bien présent et les 2 compères , < JACQUES SANTY qui a bien la gueule de TANGUY > et < CHRISTIAN MARIN peut etre un peu trop grotesque dans le role de LAVERDURE , encore que PARFOIS……. LE ERNEST ……. IL EN FAIT DES SACREES ….. > , forment UN DUO de CHOC ou régne L’ AMITIE EN PRIORITE .

Le TOUT ASSAISONNE A LA MODE DES ANNEES 60 …….. FINALEMENT AUJOURD’ HUI C’ EST UNE GRANDE VITRINE OU L’ ON PEUT ADMIRER L’ AVIATION FRANçAISE mais egalement ETRANGERE de L’ EPOQUE avec ………………. LE CLOU du SPECTACLE …………….. < LE FABULEUX MIRAGE III > ………. < UN AVION EFFICACE à LA LIGNE ELEGANTE et PURE …… PEUT ETRE …… SANS DOUTE ..MEME … LE MEILLEUR de L’ EPOQUE > .
Le site < AEROMOVIES > ou j’aime me promener , décrit avec beaucoup de justesse et de détails CE QU’ IL CONSIDERE COMME UNE GRANDE SERIE < CE QU’ ELLE EST EFFECTIVEMENT > .
http://www.aeromovies.fr/articles.php?lng=fr&pg=242&mnuid=1425&tconfig=0#z2

Constatant que sur < NOTRECINEMA > elle semblait à l’abandon ….. VOIR COMPLETEMENT OUBLIEE , j’ai voulu réparée UNE INJUSTICE …….

< TANGUY et LAVERDURE > , ce n’est pas un chef d’œuvre ………… !!! Mais ça se laisse regarder …
ET PUIS APRES TOUT……………. ZUT …………. C’ EST FRANçAIS et BIEN de CHEZ NOUS ……..

smileysmileysmiley< ……… ALORS……………. COCORICO ……….>smileysmileysmiley
image de Les Chevaliers du ciel
 Lu 1139 fois       


Et la Terre s'arrêta  
Un film sans grand intérêt avec des effets spéciaux nullissimes ... malgré un scénario repiqué sur d'autres films du passé sur l'exact même sujet, ce qui devait faire changer d'avis la "destructrice" Sky s'avère d'une difficulté totale. Le scénariste veut nous faire gober que le fait de participer à un accouchement à l'arrière d'une voiture lui a fait changer d'avis sur l'instinct destructeur de l'humanité. On croit rêver avec un tel développement ... Sans doute ce film doit être vu par des enfants 5 ans !!!
Allez, soyons positif ... après 2mn35 et 13mn30 du début du film, on voit la sublime Sinead McCAFFERTY en tenue d'Eve et c'est tout ce qui me restera en souvenir de cette daube.
image de Et la Terre s'arrêta
 Lu 836 fois       


La Quatrième dimension  
Ce n’est pas trop mon univers …. ET POURTANT …. !

J’ APPRECIE < CET ENSEMBLE de FABLES > des années 50- 60 qui MERITE LE DETOUR …… .

Court métrage au générique bref mais suffisant , ON SE RETROUVE TRES VITE < …… DANS LE VIF du SUJET ……. > .

Agrémentée D’UNE MUSIQUE PLEINE De MYSTERE et D’UNE VOIX OFF AU TIMBRE PARTICULIER , chaque épisode invite à l’immersion DANS DES MONDES DIFFERENTS .

Sans effets spéciaux , uniquement entrainé dans une aventure imaginaire par le RECIT et LE JEU EXCELLENT des ACTEURS , < ON APPRECIE CES VOYAGES TOUS DIFFERENT DANS L’ IRREEL >

C’ EST, EN CE QUI ME CONCERNE , < UNE DES PLUS GRANDES SERIES TOUTES EPOQUES CONFONDUES > . que je conseille à TOUS CEUX QUI N’ ONT PAS ENCORE FRANCHI LE PAS
De voyager dans ……………. < LA QUATRIEME DIMENSION > smileysmiley
image de La Quatrième dimension
 Lu 1319 fois       







Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma

Star Wars: L'Ascention de Skywalker Star Wars: The Rise of Skywalker
Star Wars: L'Ascention de Skywalker
Nicky Larson et le parfum de Cupidon Nicky Larson et le parfum de Cupidon
Nicky Larson et le parfum de Cupidon
John Wick 3: Parabellum John Wick 3: Parabellum
John Wick 3: Parabellum